Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Where the dream becomes true

Haut Atlas et les gorges de Daddès et de Todgha

20 Janvier 2019, 16:49pm

Publié par Jeje

Nous reprenons notre road trip en direction des gorges de Daddès et Toghda dans le Haut Atlas.

Gorges de Daddès

Nous n’avions pas pensé à cette étape avant de tomber sur internet sur un article du Guide du Routard, décrivant « Les plus belles routes du Monde ». Dans la catégorie Afrique, il y en a 2 en Afrique du Sud (nous les avons empruntés, l’une pour aller au Cap de Bonne Espérance, l’autre pour monter à Sani Pass) et 2 au Maroc ! Au Maroc, il s’agit de la route du Tizi N Tichka (done !) et de la route qui remonte les gorges de Daddès. Ça doit donc valoir le coup, les 3 autres valant le détour !

Nous faisons donc vraiment un détour, d’au moins 50 bornes en rentrant dans l’Atlas, plutôt que de tirer plein Est vers l’Algérie.
 

Nous rentrons progressivement dans les gorgesNous rentrons progressivement dans les gorges
Nous rentrons progressivement dans les gorgesNous rentrons progressivement dans les gorges
Nous rentrons progressivement dans les gorgesNous rentrons progressivement dans les gorges

Nous rentrons progressivement dans les gorges

Scènes de vie localeScènes de vie locale

Scènes de vie locale

Vue sur le canyoun !

Vue sur le canyoun !

Bon là, on est dans le vif du sujet "gorges"

Bon là, on est dans le vif du sujet "gorges"

La fameuse route, qui tournicote sec mais qui est en parfait état

La fameuse route, qui tournicote sec mais qui est en parfait état

Haut Atlas et les gorges de Daddès et de TodghaHaut Atlas et les gorges de Daddès et de Todgha
Haut Atlas et les gorges de Daddès et de Todgha
En zoomant un petit peu plus à chaque fois... des habitants troglodytes ?En zoomant un petit peu plus à chaque fois... des habitants troglodytes ?
En zoomant un petit peu plus à chaque fois... des habitants troglodytes ?

En zoomant un petit peu plus à chaque fois... des habitants troglodytes ?

Nous devons retourner sur nos pas pour reprendre notre direction d’origine.

Gorges de Todgha

Moins réputées pour leur route que les précédentes, les gorges de Todgha sont par contre beaucoup plus impressionnantes géologiquement parlant. La route suite ici le lit d’une rivière encaissée dans d’immenses falaises abruptes.
 

Haut Atlas et les gorges de Daddès et de Todgha
Haut Atlas et les gorges de Daddès et de Todgha
L'oasis de Tinghir - la ville avant les gorges des TodghaL'oasis de Tinghir - la ville avant les gorges des Todgha
L'oasis de Tinghir - la ville avant les gorges des TodghaL'oasis de Tinghir - la ville avant les gorges des Todgha

L'oasis de Tinghir - la ville avant les gorges des Todgha

Encore merci à notre petit guide de poche pour éviter l’arnaque à touristes. Si vous vous arrêtez à l’entrée des gorges (dans notre sens, le sens touristique), on vous demandera de payer pour pouvoir entrer dans les gorges à pieds. Si vous passez en voiture et que vous garez à la sortie, pas de soucis, c’est gratuit…

Le harcèlement à l'entrée des gorges explique que les photos n'aient pas été prises dans le sens de la visite, puisque que nous avons tout traversé avant de revenir tranquilement sur nos pas.

A la sortie des gorges, le soleil couchant dore les falaises
A la sortie des gorges, le soleil couchant dore les falaisesA la sortie des gorges, le soleil couchant dore les falaises

A la sortie des gorges, le soleil couchant dore les falaises

Nous continuons la route jusqu'au village de Tamtetoucht, avant de faire demi-tour pour retourner apprécier les gorges

Nous continuons la route jusqu'au village de Tamtetoucht, avant de faire demi-tour pour retourner apprécier les gorges

C'est encaissé !C'est encaissé !
C'est encaissé !

C'est encaissé !

Haut Atlas et les gorges de Daddès et de Todgha
Haut Atlas et les gorges de Daddès et de Todgha
Et là... il y avait un hôtel. Enfin, il en reste toujours un bout, mais il a pris un gros caillou sur la tête !

Et là... il y avait un hôtel. Enfin, il en reste toujours un bout, mais il a pris un gros caillou sur la tête !

Nous passerons la nuit dans la palmeraie, à l’entrée/sortie des gorges (bref, entre LA VILLE et les gorges), à l’hôtel AMAZIR que nous recommandons fortement ! Hôtel d’une très bonne qualité, une nourriture excellente et très copieuse et un accueil d’Akim, le neveu du patron, super sympa.

Un petit mot sur Akim qui apparemment avait envie de faire la causette. Il nous a fait la discussion pendant tout le dîner et même après. Il travaille pour son oncle en extra mais travaille sinon dans l’administration, après voir fait ses études à Marrakech, où il a obtenu son Master en droit arabe et international. On a discuté de pas mal de choses et notamment de religion et malheureusement, d’islamisme qui va avec la religion musulmane aujourd’hui. Il nous expliquait que le Maroc luttait activement contre la radicalisation et qu’il valait mieux ne pas tomber entre les mains des autorités si on est coupable d’islamisme radical. Ils ne vous proposent pasdes cellules all inclusive avec la TV et la salle de muscu perso… Très croyant en Dieu, comme beaucoup de musulmans je pense, il nous expliquait tout son apprentissage, sa compréhension et sa pratique de l’islam, bien loin des extrémistes radicaux qu’il déteste et qu’il ne considère pas comme de bons pratiquants, bien au contraire. Son message était un message de paix et de tolérance entre tous les musulmans et envers tous les autres humains, croyant ou non. Pas de « mécréants » dans le Coran, pas d’obligations mais une liste de recommandations que chacun s’attache à appliquer comme il le souhaite pour pratiquer au mieux la religion, suivant les conseils du prophète. Bref, je vous passe tous les détails et je ne sais pas ce qui était juste ou moins juste dans son discours, mais pas mal de grands pensants « il faut renvoyer les bougnoules chez eux » devraient venir discuter avec ce type de personnes. Cela leurs ouvrirait les yeux sur un peu de tolérance et savoir qui sont les vraies victimes de l'image laissée par l’islam radical.

C’était vraiment intéressant de discuter avec quelqu’un de ce niveau de culture, qui avait un recul sur tous les problèmes du monde et qui nous passait un vrai message de paix, même si tout rapporter au prophète est un peu difficile pour nous, qui sommes athées.

Pour la petite histoire, il avait été arrêté par les autorités marocaines pour complicité de djihadisme (dont la définition coranique est bien loin de l’utilisation des terroristes) parce qu’il discutait avec un ami de son village qui était parti travailler en Turquie. Il s’avère que son ami n’était pas du tout en Turquie mais en Syrie, dans les rangs de Daesh. C’est la cellule antiterroriste marocaine qui lui a appris et qui l’a arrêté pour « complicité ». Après interrogatoire et enquête, ils l’ont relâché parce qu’il n’avait rien à voir avec tout ça mais il est malheureusement fiché… Il parait que la cellule antiterroriste marocaine est très active dans la lutte contre Daesh.

Bref, une soirée très intéressante qui nous faisait oublier qu’on se caillait les miches dans cette immense bâtisse, non chauffée ! Par contre, la piscine sur la terrasse, qui domine la rivière et palmeraie, doit être super agréable en été, où les températures ne s’envolent pas, grâce à l’altitude. 

Nous partirons le lendemain matin pour Merzouga et ses dunes de sable.
 

On y va ! Difficile de dire où, mais c'est par là...

On y va ! Difficile de dire où, mais c'est par là...

En route vers Ouarzazate

20 Janvier 2019, 12:48pm

Publié par Jeje

Traversée de l'Atlas

Après un bus très matinal au départ d’Essaouira, nous arrivons à Marrakech où nous récupérons notre bolide, que nous avions pris soin de réserver à l’avance… la veille ! Et nous voilà partis plein Est, objectif : l’entrée du Sahara.
Notre première obstacle sera l’ascension du col Tizi ‘N’ Tichka, à travers le Haut Atlas, qui permet de relier Marrakech à Ouarzazate, la dernière grande ville avant les vastes étendues arides qui mènent à la frontière algérienne.
 

Il n'y a pas que nous sur la route et surtout, on voit de tout sur la route !Il n'y a pas que nous sur la route et surtout, on voit de tout sur la route !

Il n'y a pas que nous sur la route et surtout, on voit de tout sur la route !

Nous fonçons droit sur les montagnesNous fonçons droit sur les montagnes

Nous fonçons droit sur les montagnes

En route vers Ouarzazate
La route qui commence à s'élever nous fait dominer les plaines ocres et les flancs de montagne encore boisés

La route qui commence à s'élever nous fait dominer les plaines ocres et les flancs de montagne encore boisés

L’ascension du Tizi ‘N’ Tichka se fait très facilement, sur une route en très bon état. Il faut juste faire attention aux vendeurs de géodes qui bordent la route et qui sont prêts à se jeter sous les roues des voitures de touristes pour essayer de refourguer leurs merdes bariolées. La région est en effet reconnue pour ses richesses minérales (fossiles, géodes) mais beaucoup de marchandises sont des babioles factices (et souvent très mal imitées).


Petit Pause déjeuner dans un restaurant au milieu de la montée, dans un petit resto « Le Jardin » (Merci le guide du routard) et donc l’accueil était à la hauteur de ce qui était annoncé ! Un petit patron ADORABLE, chez qui on s’est régalé ! Tellement bon, qu’on s’y arrêtera au retour.
 

En route vers Ouarzazate
En route vers OuarzazateEn route vers Ouarzazate

La température chute, la neige borde les derniers lacets, mais cela ne refroidit pas les vendeurs à la sauvette qui ne peuvent s’empêcher de nous sauter dessus, dès que nous nous arrêtons pour une pause photo.
Nous redescendons de l’autre côté du col, laissant derrière nous les sommets enneigés et arrivant petit à petit dans de grandes plaines sèches, caillouteuses, arides.

En route vers OuarzazateEn route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
Redescente vers les plaines désertiques
Redescente vers les plaines désertiquesRedescente vers les plaines désertiques

Redescente vers les plaines désertiques

Un champs où pousse du linge :)

Un champs où pousse du linge :)

En route vers Ouarzazate
Nous laissons derrière nous les sommets enneigésNous laissons derrière nous les sommets enneigés

Nous laissons derrière nous les sommets enneigés

Nous posons nos affaires dans l’oasis de Fint, à une dizaine de kilomètres de Ouarzazate, accessible par une piste, qu’il vaut mieux se faire indiquer, si on ne veut pas se perdre au milieu de nulle part.
 

En route vers OuarzazateEn route vers Ouarzazate
Arrivée dans l'oasis de Fint
Arrivée dans l'oasis de FintArrivée dans l'oasis de Fint

Arrivée dans l'oasis de Fint

En route vers Ouarzazate
Notre hotel en surplomb de l'oasis, atteignable en traversant à gué
Notre hotel en surplomb de l'oasis, atteignable en traversant à gué

Notre hotel en surplomb de l'oasis, atteignable en traversant à gué

Ait Ben Habdou

Village typique marocain à flanc de colline qui fût par le passé un point commercial stratégique entre les routes sahariennes et Marrakech.

Haut lieu touristique, comme beaucoup de monuments classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, nous nous retrouvons ici accueillis comme des portefeuilles sur pattes et on nous propose toute sorte de chèches et autres souvenirs en tout genre.

Mais les arnaques à touristes ne se situent pas uniquement dans les boutiques. L’entrée du « fort » peut aussi donner lieu à une arnaque : l’entrée est payante par certaine portes, et gratuites par d’autres ! Ils sont marrants ces marocains… Et en plus ils râlent quand on leur explique qu’on ne paiera pas à « leur » porte et qu’on passera par l’entrée gratuite. 

En plus de cet aspect touristique, Ait Ben Habdou a été le lieu de tournage de plusieurs films (en lien avec l'activité cinématographique de Ouarzazate). C'est notamment Gladiator qui a été tourné ici. C'est au pied du village qu'ils ont installé l'arène dans laquelle Maximus devient un gladiateur, avant d'aller à Rome.
 

Le village et l'arrivée en traversant la rivière
Le village et l'arrivée en traversant la rivièreLe village et l'arrivée en traversant la rivière

Le village et l'arrivée en traversant la rivière

Architecture vue l'intérieur du village
Architecture vue l'intérieur du villageArchitecture vue l'intérieur du village
Architecture vue l'intérieur du villageArchitecture vue l'intérieur du villageArchitecture vue l'intérieur du village

Architecture vue l'intérieur du village

En route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
A travers le village et tous les souvenirs "artisanaux"...A travers le village et tous les souvenirs "artisanaux"...
A travers le village et tous les souvenirs "artisanaux"...A travers le village et tous les souvenirs "artisanaux"...
A travers le village et tous les souvenirs "artisanaux"...A travers le village et tous les souvenirs "artisanaux"...

A travers le village et tous les souvenirs "artisanaux"...

Vue les environs avec au loin les sommets enneigés
Vue les environs avec au loin les sommets enneigésVue les environs avec au loin les sommets enneigés
Vue les environs avec au loin les sommets enneigésVue les environs avec au loin les sommets enneigés

Vue les environs avec au loin les sommets enneigés

En route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate

Les Studios Atlas

Ouarzazate a fait du cinéma une activité lucrative et très attractive pour la région. En effet, plusieurs studios de cinéma ont vu le jour ici et les plus grands acteurs et réalisateurs sont venus tourner ici. Il s’agit bien évidemment de décors désertiques (naturels), nécessaires à la réalisation de films antiques (croisades, Jésus, Egypte…), mais aussi de films nécessitant tout simplement de grands espaces arides. Toute l’infrastructure est là et la main d’œuvre (construction, figuration…) est bien moins chère qu’en Europe ou aux Etats-Unis.

Nous visiterons les Studios Atlas, où ont, entre autres, été tournés Astérix : Mission Cléopâtre, Gladiator ou encre Kingdom of Heaven.
 

En route vers Ouarzazate
En route vers OuarzazateEn route vers OuarzazateEn route vers Ouarzazate
Version "asie" et cité impérialeVersion "asie" et cité impériale

Version "asie" et cité impériale

Le marché aux esclaves dans Gladiator et autres scènes de villages antiquesLe marché aux esclaves dans Gladiator et autres scènes de villages antiques
Le marché aux esclaves dans Gladiator et autres scènes de villages antiquesLe marché aux esclaves dans Gladiator et autres scènes de villages antiques

Le marché aux esclaves dans Gladiator et autres scènes de villages antiques

Jérusalem (Kingdom of heaven)

Jérusalem (Kingdom of heaven)

Fast & Furious

Fast & Furious

Version Egypte Antique
Version Egypte AntiqueVersion Egypte Antique
Version Egypte AntiqueVersion Egypte Antique

Version Egypte Antique

En route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
Astériix & Obélix : Mission Cléopatre
Astériix & Obélix : Mission CléopatreAstériix & Obélix : Mission Cléopatre
Astériix & Obélix : Mission CléopatreAstériix & Obélix : Mission Cléopatre

Astériix & Obélix : Mission Cléopatre

Le bateau des pirates !

Le bateau des pirates !

Nous aussi nous avons pris de la potion magique !
Nous aussi nous avons pris de la potion magique !

Nous aussi nous avons pris de la potion magique !

Oasis de Fint

Après une insistance plutôt lourde du beau-frère du patron de l’hôtel où nous séjournons, nous finissons par le suivre pour aller « visiter » l’oasis. Il nous emmènera nous promener dans les cultures qui bordent le oued (rivière en arabe) avant de remonter le cours de la rivière, le soleil disparaissant derrière les montagnes.
 

En route vers OuarzazateEn route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
En route vers OuarzazateEn route vers Ouarzazate
En route vers OuarzazateEn route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
En route vers OuarzazateEn route vers Ouarzazate
En route vers Ouarzazate
Il nous invite chez lui pour nous offrir le thé à la menthe dans une salle de réception, à la décoration et l’équipement très sommaire.Il nous invite chez lui pour nous offrir le thé à la menthe dans une salle de réception, à la décoration et l’équipement très sommaire.

Il nous invite chez lui pour nous offrir le thé à la menthe dans une salle de réception, à la décoration et l’équipement très sommaire.

Le four à pain

Le four à pain

Le soleil finit par disparaître totalementLe soleil finit par disparaître totalement

Le soleil finit par disparaître totalement

Ambiance familiale à l’hôtel le soir, avec le père du patron (maire du village) qui met l’ambiance au tam tam, autour d’un grand feu qui réchauffe la salle principale.

Essaouira et sa douceur hivernale

18 Avril 2017, 11:31am

Publié par Jeje

Essaouira est en sorte la station balnéaire de Marrakech. En 2h de bus, nous arrivons à l’entrée d’une charmante petite médina, classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Nous passerons 3 jours ici, sur les bords de l’océan Atlantique.

Tout est réuni pour que ces 3 jours soient des plus agréables, un charmant petit Riad, avec un petit déjeuner servi jusqu’à midi et nous permettant donc de faire la grasse mat ! Le climat est ici beaucoup plus agréable qu’à Marrakech, le thermomètre est bien remonté et surtout, la médina est piétonne et donc non polluée !

Aperçu de la médina où les centaines de boutiques de souvenirs bordent les rues principalesAperçu de la médina où les centaines de boutiques de souvenirs bordent les rues principales
Aperçu de la médina où les centaines de boutiques de souvenirs bordent les rues principalesAperçu de la médina où les centaines de boutiques de souvenirs bordent les rues principales
Aperçu de la médina où les centaines de boutiques de souvenirs bordent les rues principalesAperçu de la médina où les centaines de boutiques de souvenirs bordent les rues principales

Aperçu de la médina où les centaines de boutiques de souvenirs bordent les rues principales

La médina est un dédale de ruelles étroites et très encaissées. La frontale est nécessaire le soir pour s'y déplacer et on peut très facilement s'y perdre !
La médina est un dédale de ruelles étroites et très encaissées. La frontale est nécessaire le soir pour s'y déplacer et on peut très facilement s'y perdre !
La médina est un dédale de ruelles étroites et très encaissées. La frontale est nécessaire le soir pour s'y déplacer et on peut très facilement s'y perdre !
La médina est un dédale de ruelles étroites et très encaissées. La frontale est nécessaire le soir pour s'y déplacer et on peut très facilement s'y perdre !

La médina est un dédale de ruelles étroites et très encaissées. La frontale est nécessaire le soir pour s'y déplacer et on peut très facilement s'y perdre !

Notre petit riad avec sa terrasse ensoleillée pour le petit déjeuner :)
Notre petit riad avec sa terrasse ensoleillée pour le petit déjeuner :)

Notre petit riad avec sa terrasse ensoleillée pour le petit déjeuner :)

Essaouira reste une ville très touristique, les petits restaurants et les boutiques de souvenirs en tous genres bordent les axes principaux, mais les gens sont ici moins oppressants qu’à Marrakech. Cette ville est tout simplement reposante, chaque petite rue est typique et les remparts restent le vestige le mieux conservé de l’histoire de la ville.

Les remparts et ses canons
Les remparts et ses canonsLes remparts et ses canons
Les remparts et ses canonsLes remparts et ses canons
Les remparts et ses canonsLes remparts et ses canons

Les remparts et ses canons

Essaouira et sa douceur hivernale
Essaouira et sa douceur hivernale
Le bal des mouettes au dessus des remparts
Le bal des mouettes au dessus des rempartsLe bal des mouettes au dessus des remparts
Le bal des mouettes au dessus des rempartsLe bal des mouettes au dessus des remparts
Le bal des mouettes au dessus des rempartsLe bal des mouettes au dessus des remparts

Le bal des mouettes au dessus des remparts

Soleil couchant
Soleil couchantSoleil couchant
Soleil couchant

Soleil couchant

Une zone moins sympa ! On se croirait à Alep, en Syrie... la zone Nord de la médina est en ruine. Il y règne une atmosphère très étrange, pesante... Et il est vivement déconseillé de s'y promener une fois que le nuit est tombée.

Une zone moins sympa ! On se croirait à Alep, en Syrie... la zone Nord de la médina est en ruine. Il y règne une atmosphère très étrange, pesante... Et il est vivement déconseillé de s'y promener une fois que le nuit est tombée.

La pêche est une activité essentielle dans la région et le coucher du soleil est marqué par le retour des bateaux au port. Ça crie (encore plus les mouettes que les pêcheurs) et surtout, ça pue !

L'activité bat son plein en fin de journée dans le portL'activité bat son plein en fin de journée dans le port
L'activité bat son plein en fin de journée dans le portL'activité bat son plein en fin de journée dans le port
L'activité bat son plein en fin de journée dans le portL'activité bat son plein en fin de journée dans le port

L'activité bat son plein en fin de journée dans le port

Essaouira et sa douceur hivernaleEssaouira et sa douceur hivernale

Une immense plage de sable borde l’océan, où surfeurs venus du monde entier se jettent à l’eau. Mais bon… vu la taille des vagues, j’ai du mal à comprendre pourquoi les australiens viennent ici ! C’est de la gnognotte par rapport à ce qu’on peut trouver sur les côtes australiennes.

Essaouira et sa douceur hivernale
Essaouira et sa douceur hivernale
Essaouira et sa douceur hivernale
Une plage immense !
Une plage immense !Une plage immense !
Une plage immense !Une plage immense !
Une plage immense !Une plage immense !

Une plage immense !

Gazelle, gazelle ! Tu veux le chameau ?

Gazelle, gazelle ! Tu veux le chameau ?

Sur la plage, on nous proposera des ballades en dromadaires, à cheval, des coquillages ou des space cakes ! Hé oui, n’oublions pas que le Maroc est un des plus gros producteur mondial de cannabis.

Nous opterons pour 2h de canassons sur cette immense plage. Vous connaissez mes talents de cavalier… Encore une fois, je subirai les chevauchée de mon cheval qui ira se rafraîchir le bide au galop dans les vagues. Mon pantalon est trempé, le guide me dit de faire attention parce qu’il peut y avoir des rochers… « Mais mec, c’est pas moi qui gère ! » Mais franchement, c’est fun de galoper sur la plage ! Dommage que j’ai vraiment l’impression de ne rien maîtriser…

Méga à l'aise !Méga à l'aise !

Méga à l'aise !

Méga mal au culMéga mal au cul
Méga mal au culMéga mal au cul
Méga mal au culMéga mal au cul
Méga mal au culMéga mal au cul

Méga mal au cul

Méga explorateurs dans les ruines perdus au milieu des dunesMéga explorateurs dans les ruines perdus au milieu des dunes
Méga explorateurs dans les ruines perdus au milieu des dunes
Méga explorateurs dans les ruines perdus au milieu des dunesMéga explorateurs dans les ruines perdus au milieu des dunes

Méga explorateurs dans les ruines perdus au milieu des dunes

Seuls au mondeSeuls au monde

Seuls au monde

Un dromadaire blanc ! Eux aussi ils sont leurs minorités

Un dromadaire blanc ! Eux aussi ils sont leurs minorités

Essaouira et sa douceur hivernale
Le cheval du guide qui se roule dans le sable... avant de se faire engueuler

Le cheval du guide qui se roule dans le sable... avant de se faire engueuler

Beaux engins...Beaux engins...

Beaux engins...

Résultat des courses… des courbatures pendant 2 jours, sur tout le corps ! On devait être un peu crispé J

A noté que nous avons également super bien mangé ici, mais je vais arrêter de le signaler, ce sera le cas pratiquement partout, pendant notre séjour marocain.

Après 3 jours reposants, les vacances ont enfin démarrées et nous sommes d’attaque pour le road trip qui nous attend à travers l’Atlas et le désert.

Marrakech

27 Février 2017, 13:11pm

Publié par Jeje

Sans Alcool la fête est plus folle ?

Après 3 heures de vol (c’est pratique ces destinations directes, pas loin), nous voilà à Marrakech !

Premier conseil de notre voisine de siège « Ne prenez pas un taxi à l’aéroport, sortez et prenez-le au vol, au bord de la route, ça sera moins cher ». Nous voilà dans notre élément, sacs sur le dos, on part découvrir Marrakech, de nuit et sans la moindre idée d’où on va.

Finalement, on ne va pas bien loin… Passage obligé devant la zone des taxis, difficile de ne pas passer pour des touristes qui viennent d’atterrir… On se fait alpaguer, bien évidemment. L’air de rien on continue, le prix baisse tout seul, mais toujours bien trop haut. Premier prix annoncé 200 Dirham. On nous a dit de viser 50... Ça descend, mais bon. On est loin du compte. On finira par trouver à 100, à la sortie de l’aéroport, mais difficile d’aller plus loin, ne sachant pas où aller ! Petit résumé de ce qu’est un prix au Maroc. Tout est négociable, c’est culturel. Après coup, le gars de l’hôtel nous a dit que le prix officiel est 70. Pas si mal pour une première négo ! (Il parait que certains arrivants paient jusqu’à 300).

On pose nos bagages, on prend un thé à la menthe de bienvenue (comme on le fera dans beaucoup d’endroits) et direction la célèbre place Jemaa El Fna, où nous comptons passer la soirée de la Saint Sylvestre. Eh oui, nous sommes le 31 décembre !

Après une ballade sur la place, où on nous propose successivement un tour en calèche, des lanternes, des babouches, des gâteaux, des amandes, des jus de fruits, du couscous, des tapis, de prendre une photo avec un singe, de se faire tatouer au henné ou encore de jouer à une sorte de pêche à la ligne avec des bouteilles en plastique, nous finissons par nous installer dans un des petits stands de bouffe installés au milieu de la place.

La place est noire de monde, beaucoup de touristes bien évidemment, mais une grande majorité de marocains. Ça s’annonce comme un beau bordel pour le décompte de la nouvelle année.

Nous nous installons à un des stands, identique à tous les autres de la place, le seul choix se faisant sur les blagues des rabatteurs. A l’arrivée, c’est la grosse arnaque à touriste, ce n’est pas super bon et c’est prix à la tête du client…

Il commence à bien cailler, ça a beau être l’Afrique, à cette époque de l’année, il pèle ! On va se poser dans un bar « au chaud », ou plutôt au moins froid. On domine la place depuis la terrasse, la vue sera nickel pour voir l’ambiance du passage à la nouvelle année. En fait je parle d’un bar, mais c’est plutôt un café… pas une goutte d’alcool à l’horizon, passage à la nouvelle année à jeun et au thé à la menthe…

Il est 23h59, la foule n’a pas l’air de beaucoup s’émouvoir… Et à minuit, pas plus ! Pas de décompte, pas un pétard, pas un cri… Ils n’en ont rien à foutre !!! On se fait un bisou, « Bonne Année », et puis voilà ! Ça ne restera pas le meilleur réveillon de l’histoire mais au moins le meilleur reste à venir. J

A la découverte de la ville

Notre visite de Marrakech se fera en 2 jours : le premier et le dernier des vacances, avant de redécoller pour la France. On n’y passera pas un temps fou, mais suffisant pour avoir un aperçu du patrimoine culturel la ville, d’aller négocier un peu dans les soucs et de se faire quelques bons petits restos. Nous recommandons tout particulièrement Chez Brahim et son tajine Poulet / Citrons confits / Olives. Ce sera aussi l’occasion de voir des endroits plus typiques que les grandes zones touristiques, d’apprécier le brouhaha incessant des mobylettes et des vieilles bagnoles qui s’entassent dans la Médina et qui inondent l’atmosphère d’une pollution oppressante.

Nous séjournerons dans le vieux quartier Bab Doukkala.

Un dédale de ruelles colorées et très étroites... ça fait un peu coupe-gorge quand un inconnu, nous ayant abordé alors que nous cherchions notre route, nous amène jusqu'à la porte de l'hôtel, de nuit...

Un dédale de ruelles colorées et très étroites... ça fait un peu coupe-gorge quand un inconnu, nous ayant abordé alors que nous cherchions notre route, nous amène jusqu'à la porte de l'hôtel, de nuit...

Le marché typique de Bab Doukala
Le marché typique de Bab DoukalaLe marché typique de Bab Doukala

Le marché typique de Bab Doukala

Un bon moyen de ne pas rompre la chaîne du froid... c'est de rester au chaud ! Auré apprécie moyennement ces odeurs de viande rouge au réveil.

Un bon moyen de ne pas rompre la chaîne du froid... c'est de rester au chaud ! Auré apprécie moyennement ces odeurs de viande rouge au réveil.

La fameuse place Jemaa El Fna

Moins bondée que la veille au soir, on y retrouve les mêmes stands que la veille. De l'artisanat local made in China, des trucs à grignoter, des épices, des jus frais, des charmeurs de serpent, des tatoueuses au henné, des singes en laisse et en couche culotte...

Cette place est plus célèbre pour son activité et son dynamisme (ça grouille) que pour son architecture. On a déjà vu beaucoup plus beau comme place.

Marrakech

La Koutoubia

C'est le grand minaret de ville, datant du XIIe siècle, qui sert de point de repère dans toute la ville, à condition de ne pas avoir de problèmes aux cervicales. Il ne se visite pas, mais possibilité de se balader dans les jardins qui l'entourent.

MarrakechMarrakech
Marrakech
Marrakech

Les jardins Majorelle

Ces jardins doivent leur nom au peintreéponyme, français, qui vécu ici dans les années 1920. Yves Saint-Laurent racheta l'endroit en 1980 pour en faire sa dernière demeure.

C'est un jardin très agréable, au calme (ça change, si on fait abstraction des chinois) et surtout au frais et où l'air est respirable !

Le célèbre Bleu Majorelle habille toutes les constructions de l'endroit.

MarrakechMarrakech
Marrakech
Une stèle commémorative est présente dans les jardins

Une stèle commémorative est présente dans les jardins

Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus
Tout plein de cactus

Tout plein de cactus

Des bambous

Des bambous

Attention aux fesses !

Attention aux fesses !

Loin de l'agitation, du brouhaha et de la pollution du centre de la Médina

Loin de l'agitation, du brouhaha et de la pollution du centre de la Médina

La Mosquée El Mansour

C'est la grande mosquée de la ville, mais vous n'en verrez qu'une photo de l'extérieur. Les non-musulmans ne sont pas autorisés à y rentrer.

Marrakech

Le Palais Bahia

Cette demeure datant de la fin du XIXe siècle était annoncée comme un chef d'oeuvre d'architecture... nous ne serons pas déçus !

Vue l'immensité de la chose (166 salles), nous n'en visiterons qu'une toute petite partie. Le reste n'est pas accessible.

Le bâtiment accueillit au fil des décennies les vizirs, ministres et autres maréchaux français du temps du protectorat (colonisation ?).

Le Patio

Le Patio

Aperçu de la finesse des décorations.
Aperçu de la finesse des décorations.
Aperçu de la finesse des décorations.
Aperçu de la finesse des décorations.
Aperçu de la finesse des décorations.
Aperçu de la finesse des décorations.
Aperçu de la finesse des décorations.
Aperçu de la finesse des décorations.
Aperçu de la finesse des décorations.
Aperçu de la finesse des décorations.

Aperçu de la finesse des décorations.

Les sols, alternant mosaïque et marbre blancLes sols, alternant mosaïque et marbre blanc

Les sols, alternant mosaïque et marbre blanc

Des gravures et mouloures d'une très grande finesse
Des gravures et mouloures d'une très grande finesse
Des gravures et mouloures d'une très grande finesse
Des gravures et mouloures d'une très grande finesse
Des gravures et mouloures d'une très grande finesse

Des gravures et mouloures d'une très grande finesse

2 touristes...

2 touristes...

Voilà un bref aperçu de la richesse de Marrakech, au patrimoine indéniable mais dont l'atmosphère nous a très vite oppressée.

Le reste des vacances sera beaucoup plus calme, sauvage et ressourçant !

Vue sur la Koutoubia et l'Atlas depuis le toit de notre Riad. L'air est tellement pollué à Marrakech, les montagnes ne sont visibles qu'au lever et au coucher du soleil...

Vue sur la Koutoubia et l'Atlas depuis le toit de notre Riad. L'air est tellement pollué à Marrakech, les montagnes ne sont visibles qu'au lever et au coucher du soleil...

Johannesburg sous le signe de l'Apartheid

30 Décembre 2016, 13:28pm

Publié par Jeje

Johannesburg

Dernière étape de notre voyage, Jo'burg (comme ils disent là-bas) est la capitale économique d'Afrique du Sud. C'est sa voisine Pretoria qui accueille les pouvoirs politiques et qui est la capitale administrative.

Capitale économique du pays, il s'agit de la ville la plus riche d'Afrique mais aussi de la ville présentant un des taux de criminalité les plus élevés au monde. Ville de tous les contrastes, à l'image de ce pays marqué par une des pires ségrégation raciale que le monde ait connu.

Nous passerons à peine 48h dans cette ville de 3,5M d'habitants. A peine le temps de renouer avec l'urbanisation, les immeubles tout gris dans un ciel tout aussi gris et pollué. Nous voilà au milieu de la circulation d'une mégalopole avec ses axes dans tous les sens, ses bouchons, et le tout sans GPS, en navigant simplement grâce aux cartes touristiques et aux plans du guide du routard...

Nous n'irons pas voir Soweto, ce ghetto tristement célèbre et aujourd'hui reconverti en banlieue tendance où l'on peut aller photographier des gentils noirs qui s'en sont sortis socialement... Pas trop notre tasse de thé !

Pour comprendre ce qu'est aujourd'hui l'Afrique du Sud, il faut s'intéresser à son histoire et plus particulièrement à celle de la seconde moitié du XXème siècle, celle de l'Apartheid. Nous irons donc faire un tour au musée qui y est dédié.

Comme à la "grande" époque, l'entrée dans le musée se fait avec deux files, une pour les Blancs, une autre pour les Noirs...

Comme à la "grande" époque, l'entrée dans le musée se fait avec deux files, une pour les Blancs, une autre pour les Noirs...

Ce musée n'est pas super "facile", il y a beaucoup de lecture, peu d'interactivité et de ludisme, mais il est néanmoins très intéressant et riche.

A la différence, par exemple, du musée sur la Guerre du Viêt-Nam, de Saïgon, où on nous explique que les méchants américains, qui ont fait les pires atrocités de la Terre, se sont fait défoncer par des gentils Vietcongs, nous sommes ici dans quelque chose de beaucoup plus factuel et moins orienté, qui retrace l'histoire et les origines de 40 ans d'oppression et de lutte.

Brèves d'histoire : Avant le XXe siècle

A l'arrivée des colons hollandais en Afrique Australe, les terres, qu'on appelle aujourd'hui Afrique du Sud, étaient occupés par différents peuples nomades qui vivaient principalement de l'élevage. Les Boers (hollandais) s'installent et cohabitent avec les peuples autochtones entre élevage et agriculture. Les français sont rapidement passés par là à cette époque. C'est pour cela, qu'aujourd'hui, des joueurs de rugby s'appellent Du Plessis ou Le Roux et que ce pays est un producteur de vin reconnu !

Les choses se compliquent à l'arrivée des anglais qui se révèlent être beaucoup moins délicats. Le mode "je viens vivre avec vous et on partage" n'est plus trop d'actualité. Les peuples nomades sont les premiers à prendre et les Boers sont repoussés vers des terres moins fertiles et propices à l'élevage (montagne, savane).

A la fin du XIXème siècle, les richesses des sous-sols sont découvertes (diamants, or...) et la guerre éclate entre hollandais et anglais, c'est la guerre des Boers (1899-1902). Les anglais en ressortiront vainqueurs. S'en suit, en 1910, la création de l'Union Sud Africaine, sous dominion du Commonwealth. Les pouvoirs politiques sont plutôt attribués aux Afrikaners (hollandais) tandis que l'économie est détenue principalement par les anglais.

L'ANC (African National Congress) est fondée en 1911 en réponse aux lois racistes mises en place par le nouveau gouvernement pro-Blanc (les Afrikaners préfèrent se rallier aux colons anglais et créer une suprématie blanche).

L'optimisme économique et l'immigration (majoritairement anglaise), qui accompagnent la croissance de l'activité minière, laisse rapidement place à des tensions et des conflits sociaux, qui commencent à éclater entre ouvriers et patrons blancs. Les patrons préfèrent se tourner vers une main d'oeuvre noire bien moins chère, tandis que les ouvriers blancs veulent garder leurs salaires (pour lesquels ils ont immigrés).

En 1924, une alliance entre ouvriers blancs et fermiers boers forment un gouvernement de travailleurs et mettent en place un système ultra-protectionniste. C'est le début d'une ségrégation raciale où les Noirs se verront interdire tout droit de résider dans les villes (naissance des ghettos) ou encore d'avoir accès à un travail qualifié, réservé aux Blancs.

L'Apartheid

Les flux migratoires africains, conséquence des problèmes économiques liés à la Seconde Guerre Mondiale, engendrent une déstabilisation sociale sans précédent en Afrique du Sud. C'est ainsi que le Parti National Afrikaner arrive au pouvoir sur le thème du "péril noir". L'Apartheid est officiellement lancé !

  • Séparation physique Blancs vs Noirs
  • Désurbanisation forcée
  • Déportation des Noirs
  • Classification de la population par race (Blanc, Noir, Métis) avec différents droits
  • Interdiction des mariages mixtes et criminalisation des relations sexuelles blanc/noir
  • Services séparés (hôpitaux, écoles, bancs publics...)

Entre autre... Les non-Blancs iront même jusqu'à être bannis du système éducatif national...

Dans les années 50, des campagnes de désobéissance, plutôt pacifiques (manifs, grèves) sont lancés par l'ANC et les autres organisations pro-Noirs.

En 1962, Nelson MANDELA crée la branche armée de l'ANC. Il se fait arrêter la même année, en compagnie d'autres hauts représentants de la lutte pour les droits des Noirs. Il sera emprisonné sur la tristement célèbre Robben Island.

Au début des années 70, des vagues de grèves violentes sont conduites par Steve Biko, le Che Guevara africain. Soweta s'embrase en 1976. Biko est assassiné en 77. Les années 80 connaissent une escalade de la violence avec un ANC militarisé et entraîné dans des camps en Angola, au Mozambique ou en Zambie. Une véritable guérilla, qui participe a des sabotages et des assassinats, voit le jour.

En réponse, la répression se fait de plus en plus forte en Afrique du Sud et à l'extérieur du pays.

Les forces spéciales Sud Africaines organisent des attentats ciblés, dans les pays voisins. L'ANC est soutenue par le bloc communiste, tout comme les pays voisins, tout juste sortis de la colonisation occidentale. L'argument diplomatique consiste en des "missions de défense des valeurs occidentales contre le communisme athé" avec pour but de déstabiliser ces pays soutenus par Cuba, l'Union Soviétique ou la Chine.

Dans ce contexte de Guerre Froide, la position des grandes puissances occidentales est ambiguë, pour ne pas dire bancale ou malhonnête. Face à une morale qui devrait boycotter un tel régime, les enjeux politiques incitent plutôt à appuyer un gouvernement qui s'oppose à une cause, soutenue par les mouvements marxistes.

Quelques embargos sur les armes ou le charbon verront le jour, le CIO exclura l'Afrique du Sud des JO de Mexico en 1968... Mais aucune intervention internationale ne sera envisagée contre ce régime, pourtant fortement critiqué.

Vers des jours meilleurs

La suite vous la connaissez. Mandela sera libéré le 11 février 1990, après 27 ans et 190 jours de détention.

De Klerk et Mandela recevront le prix Nobel de la paix en 1993.

Les premières élections démocratiques multiraciales auront lieu en avril 1994 et Mandela deviendra le premier président Noir d'Afrique du Sud, avec comme mot d'ordre, la réconciliation des peuples. Quand la haine laisse place à l'intelligence...

Merci Monsieur...

Merci Monsieur...

Mandela quittera la scène politique en 1999 après avoir donné un nouvel élan démocratique, économique et social à son pays. Un pays pour lequel il se sera battu toute sa vie.

Depuis, les Noirs sont toujours au pouvoir mais les clivages socio-économiques sont encore trop présents. Ils ne sont plus raciaux législativement parlant, mais l'histoire laisse des traces que seul le temps pourra estomper. Le clivage noir/blanc est encore bien là, il se voit au quotidien, dans la rue, même si officiellement, tout le monde est égal.

L'Afrique du Sud connait aujourd'hui des problèmes économiques, sa croissance a ralenti, la corruption est omniprésente, des affaires gouvernementales éclatent tous les jours, les grèves et les événements sociaux sont monnaie courante dans l'actualité...

Y a du mieux, même si tout n'est parfait. La route est encore longue pour unifier la Nation Arc-En-Ciel !

Ce qui m'inquiète le plus en rédigeant cette page d'histoire, c'est le parallèle que l'on peut faire entre l'histoire de ce pays et l'actualité mondiale. Remplacez "Noirs" par "Arabes" et "ressources minières" par "pétrole", on actualise avec une colonisation politico-financière au lieu d'une colonisation physique... Je vous laisse maître de votre analyse pour la suite, mais c'est à croire que l'être humain n'est pas capable d'apprendre de la connerie de son voisin.

Bonne réflexion et à bientôt pour de nouvelles aventures. :)

Kruger National Park

12 Décembre 2016, 21:32pm

Publié par Jeje

Qui ne s'est jamais intéressé à l'Afrique sans entendre parler du parc Kruger ? La plus grande réserve animalière d'Afrique du Sud, une des plus grandes d'Afrique. Une biodiversité accessible en quelques tours de roues de 4x4. Une réserve de 360km de long sur 60 de large, créée il y a bientôt 100 ans par Paul Kruger, colon hollandais et ex-dirigeant de la région.

Pour que vous visualisiez l'immensité de cet espace réservé aux animaux, nous parlons d'une surface de quasiment 2 fois la Corse. Une étendue de savane où les animaux sont en "liberté" (quelques clôtures aux bordures proches de l'activité humaine) et où ce sont les hommes qui finissent parqués à la tombée de la nuit.

En effet, afin de profiter au mieux des 20 000 km² de nature sauvage, des campements ont été aménagés au beau milieu de la savane. Cela, afin que les petits touristes puissent se faire griller leurs saucisses ou s'acheter une bière, sans risquer de se faire croquer les cuisseaux par un lion affamé.

Nous partons donc pour 4 jours et 3 nuits en pleine savane, à la recherche des grands animaux d'Afrique. Une faune qui, malheureusement pour de nombreuses espèces, est en danger, classée sur la liste des espèces en danger ou même en voie d'extinction. Les causes sont multiples, le braconnage bien médiatisé bien sur, mais l'activité humaine locale et le réchauffement climatique sont aussi d'autres responsables de cette tragédie... Nous pouvons ajouter le tourisme, aussi agréable et magique soit-il, quand on vient d'une région où les animaux locaux sont les pigeons et les chiens en laisse, mais qui n'arrange rien à la quiétude de la nature. Nous circulons ici sur des axes bitumés à l'intérieur même du parc national (pas tous, mais les axes principaux oui). Je doute fortement que les animaux aiment respirés les gaz d'échappement de ces 4x4 qui s'entassent pour voir un singe se gratter les couilles ou admirer un lion qui roupille.

Notre quotidien pour 4 jours, départ à 5h30 le matin à l'ouverture des portes du camp, retour à 18h avant que la nuit tombe et qu'il soit interdit de circuler

Notre quotidien pour 4 jours, départ à 5h30 le matin à l'ouverture des portes du camp, retour à 18h avant que la nuit tombe et qu'il soit interdit de circuler

Des journées bien longues, mais les animaux sont comme les hommes : Ils craignent la chaleur et sortent donc à la fraîche, à l'aube, ou quand les températures retombent, en fin de journée.

Les horaires sont cependant réglementés et il est interdit de circuler avant 5h30, les portes des camps n'ouvrent pas avant de toute façon. Et il est important de rentrer avant 18h, heure à laquelle les portes ferment, sous peine d'être verbalisé d'une douloureuse amende ! Ils ne rigolent pas ici et c'est tant mieux. Un peu de calme pour les animaux n'est pas un mal. Et, la nuit tombée, il serait bien trop dangereux de conduire.

Petit aperçu de ce que donne le camping en pleine savane. Chaque emplacement (à réserver à l'avance) est équipé de son petit barbecue. Les campings sont dignes de ce qu'on peut trouver en France, sanitaires et cuisines commun, centre d'accueil, supérette...

Plutôt bien équipés pour une aventure en plein savanePlutôt bien équipés pour une aventure en plein savane

Plutôt bien équipés pour une aventure en plein savane

En pleine nature

Je ne vais pas m'attarder sur des tirades philosophiques au cours de cet article, on va se contenter de vous partager les photos de ce que nous avons vécu pendant 4 jours. C'est à dire, une communion avec la nature.

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park

Aperçu du paysage, entre rocaille, rivières plus ou moins asséchées et grandes herbes vertes ou totalement grillées par le soleil.

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Paysages qui parfois ne sont pas des plus accueillants...

Paysages qui parfois ne sont pas des plus accueillants...

Voilà le côté moins sexy de ces safaris... des tas de touristes... Heureusement, ces moments n'étaient pas des plus courants, mais tout de même surprenant pour un "parc national naturel". Voilà le côté moins sexy de ces safaris... des tas de touristes... Heureusement, ces moments n'étaient pas des plus courants, mais tout de même surprenant pour un "parc national naturel".

Voilà le côté moins sexy de ces safaris... des tas de touristes... Heureusement, ces moments n'étaient pas des plus courants, mais tout de même surprenant pour un "parc national naturel".

Et pour changer un peu du 4x4, nous avons fait une sortie à pieds, accompagnés de rangers

Et pour changer un peu du 4x4, nous avons fait une sortie à pieds, accompagnés de rangers

Ce n'est pas à pieds qu'on voit le plus d'animaux vivants et heureusement ! Nous ne sommes pas forcement les bienvenus. Ce fût néanmoins intéressant par rapport à l'apprentissage de l'écoute et de l'observation de la savane qui nous entourait. On se sentait un peu vulnérable quand même, à pieds, au milieu de ces grandes herbes...

Au plus proche des animaux

Quand on parle d'être proche des animaux... ils sont complètement habitués à la présence des véhicules et s'en contre-foutent !

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park

Et maintenant, un aperçu de notre safari, espèce par espèces

On vous passe les détails de nos observations, mais certains moments furent magiques. Comme observer un petit éléphant qui reproduisait tout ce que faisait sa mère, les colonies de singes qui jouent entre eux, des lions qui font la sieste à 5m des voitures, des immenses troupeaux de buffles qui traversent la piste devant nous... Mais tout n'est pas si facile, il faut s'armer de patience, rouler au pas, supporter la chaleur, écouter les autres conducteurs que l'on croise s'ils ont un conseil intéressant, pour nous dire où observer un léopard perché dans un arbre par exemple...

Le léopard

Le seul que nous avons vu, mais tellement majestueux...

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park

Les lions

Plutôt discrets, solitaires et peu actifs...

Le plus impressionnant fût d'entendre un mâle rugir en plein nuit, aux portes du camp. Ou en tout cas, on avait l'impression qu'il y était, tellement ça lourd et ça semblait proche.

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park

Les hyènes...

Aussi moches que dans Le Roi Lion !

On ne vous dérange pas ?

On ne vous dérange pas ?

Pépère en avait la langue qui pendait tellement il ne pouvait plus attendre... Il n'a pas été au bout de son affaire durant tout le temps de l'observation, madame se faisait désirer et le rejetait sans cesse malgré les nombreuses tentatives.

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park

Les zèbres

Les plus photogéniques de la savane

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Un petit poulain roukmout

Un petit poulain roukmout

Le perchoir

Le perchoir

Les éléphants

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Les éléphanteaux qui s'éclatent à se secouer la trompe
Les éléphanteaux qui s'éclatent à se secouer la trompeLes éléphanteaux qui s'éclatent à se secouer la trompe
Les éléphanteaux qui s'éclatent à se secouer la trompeLes éléphanteaux qui s'éclatent à se secouer la trompe
Les éléphanteaux qui s'éclatent à se secouer la trompeLes éléphanteaux qui s'éclatent à se secouer la trompe

Les éléphanteaux qui s'éclatent à se secouer la trompe

Un mini bébé, qui fait à peine la taille de l'oreille de sa mère
Un mini bébé, qui fait à peine la taille de l'oreille de sa mère

Un mini bébé, qui fait à peine la taille de l'oreille de sa mère

Et lui... bah c'est simple, il n'a pas daigné bouger et il s'est même excité quand on a essayé d'avancer... La seule fois où un animal s'est montré mécontant de notre présence. Et pour rester au stade du mécontentement et éviter l'agressivité, on a enclenché rapidement la marche arrière et retour à la case départ !

Et lui... bah c'est simple, il n'a pas daigné bouger et il s'est même excité quand on a essayé d'avancer... La seule fois où un animal s'est montré mécontant de notre présence. Et pour rester au stade du mécontentement et éviter l'agressivité, on a enclenché rapidement la marche arrière et retour à la case départ !

La deuxième trompe... sa cinquième jambe... comme vous voulez. En tout cas, bel engin !

La deuxième trompe... sa cinquième jambe... comme vous voulez. En tout cas, bel engin !

Les girafes

Elles aussi servent de perchoir
Elles aussi servent de perchoir
Elles aussi servent de perchoir
Elles aussi servent de perchoir
Elles aussi servent de perchoir
Elles aussi servent de perchoir
Elles aussi servent de perchoir
Elles aussi servent de perchoir
Elles aussi servent de perchoir
Elles aussi servent de perchoir
Elles aussi servent de perchoir

Elles aussi servent de perchoir

Les buffles

Et quand le troupeau passe... on s'arrête !
Et quand le troupeau passe... on s'arrête !
Et quand le troupeau passe... on s'arrête !
Et quand le troupeau passe... on s'arrête !
Et quand le troupeau passe... on s'arrête !
Et quand le troupeau passe... on s'arrête !
Et quand le troupeau passe... on s'arrête !
Et quand le troupeau passe... on s'arrête !
Et quand le troupeau passe... on s'arrête !
Et quand le troupeau passe... on s'arrête !

Et quand le troupeau passe... on s'arrête !

Ce qui s'appelle "avoir une touffe au bout"

Ce qui s'appelle "avoir une touffe au bout"

Les buffles sont les plus grandes victimes de la sécheresse. Le manque d'herbe fraîche les fait mourir de faim. Et celui-là n'en a plus pour longtemps je pense.

Les buffles sont les plus grandes victimes de la sécheresse. Le manque d'herbe fraîche les fait mourir de faim. Et celui-là n'en a plus pour longtemps je pense.

Et plouf !

Et plouf !

Les rhinocéros

Grandes victimes des braconniers, ils se font assez rares.

Kruger National Park
Kruger National ParkKruger National Park
Kruger National Park

Les gnous

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park

Les petits phacochères

Des blondes, des roux, des bruns... Les champions de la coiffure.

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park

Les hypopotames

Eux aussi grandes victimes de la sécheresse et du manque d'eau

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park

Des singes en tout genre

Les babouins
Les babouins
Les babouins

Les babouins

Les fameux petits singes aux couilles bleues
Les fameux petits singes aux couilles bleues
Les fameux petits singes aux couilles bleues
Les fameux petits singes aux couilles bleues
Les fameux petits singes aux couilles bleues
Les fameux petits singes aux couilles bleues
Les fameux petits singes aux couilles bleues
Les fameux petits singes aux couilles bleues
Les fameux petits singes aux couilles bleues
Les fameux petits singes aux couilles bleues

Les fameux petits singes aux couilles bleues

Qui passent leur temps à jouer, à se courir après, ou à courir après les dindonsQui passent leur temps à jouer, à se courir après, ou à courir après les dindons
Qui passent leur temps à jouer, à se courir après, ou à courir après les dindons
Qui passent leur temps à jouer, à se courir après, ou à courir après les dindonsQui passent leur temps à jouer, à se courir après, ou à courir après les dindons

Qui passent leur temps à jouer, à se courir après, ou à courir après les dindons

Juuuuuump

Juuuuuump

Les antilopes

Kudus, nyalas, impalas et autres... petits et grands !

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park

Des crocodiles peu sympathiques

Kruger National Park
Kruger National ParkKruger National Park
Kruger National Park

Tout plein d'oiseaux

Marabouts, hérons, martin pêcheurs, aigles, pintades....

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Les vautours qui tournent dans le ciel

Les vautours qui tournent dans le ciel

Des lézards plus ou moins gros

Kruger National ParkKruger National Park
Kruger National ParkKruger National Park

Des tortues qui traversent la route sans regarder

Kruger National ParkKruger National Park
Kruger National Park
Un gros ver

Un gros ver

Lui, il doit être pas mal, au beurre persillé

Lui, il doit être pas mal, au beurre persillé

Des petites mangoustes

Kruger National ParkKruger National Park
Kruger National ParkKruger National Park

Des écureuils

Kruger National ParkKruger National Park
Kruger National Park
Kruger National ParkKruger National Park

Et aussi...

Des animaux crevés :(

Victimes de la sécheresse, d'un prédateur... tout simplement de la loi de la jungle. Comme nous ont expliqué les rangers, avec qui nous sommes sortis à pieds, "là où il y a la mort, il y a la vie".

Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Kruger National Park
Et pour fini, un gros papillon, mort lui aussi

Et pour fini, un gros papillon, mort lui aussi

Magnifique, magique, génial, à faire, un immanquable de l'Afrique du Sud... bref je ne sais pas quels mots utiliser pour décrire ces 4 jours passées au milieu de la savane africaine, au milieu de cette immensité sauvage, accessible en quelques tours de roues.

Et surtout, évitez un tour tout organisé depuis l'extérieur du parc. Prenez le temps, avec votre propre véhicule, c'est super facile de circuler sans se perdre. Renseignez-vous dans les campements, pour savoir où les animaux ont été observés dernièrement. Ca vous orientera... Il n'y aura plus qu'à tomber au bon moment, au bon endroit pour s'émerveiller.

Patience et chance sont les maîtres-mots d'un safari réussi. Dommage, nous n'aurons vu ni les guépards (ce n'est pas faute d'en avoir cherchés !!) ni de lycaons (chiens sauvages d'Afrique). Les deux seuls grands animaux qui manquent à notre "tableau de chasse".

Cet article manque peut-être un peu d'émotion, je me suis déjà trouvé plus inspiré rédactionnellement parlant. Mais ça date un peu... ça fait 9 mois... j'abuse !

Blyde River Canyon

10 Septembre 2016, 12:01pm

Publié par Jeje

Une journée de route depuis St Lucia, on longe la frontière du Swaziland, nous avons le choix entre le parc Kruger et le Mozambique à l'Est, Johannesburg à l'Ouest, nous verrons tout ça plus tard. Nous continuons à remonter vers le Nord, nous longeons le parc Kruger (à quelques dizaines de kilomètres à l'Est) et nous prenons la route de Graskop, dans les montagnes.

Graskop

Changement radical de climat, on oublie la lourdeur tropicale de St Lucia, Graskop se situe à 1400m d'altitude. Les montagnes avoisinantes peuvent atteindre les 2000m.

Ici tout est verdoyant, un micro-climat très humide, il pleut très souvent. Les rivières et les cascades sillonnent les montagnes.

Il pleut très souvent... il pleut même maintenant ! La route s'élève, la nuit est tombée, le brouillard s'intensifie, nous n'avons même pas pris le temps de manger depuis notre départ de St Lucia le matin... Il est grand temps d'arriver ! On ne voit absolument rien ! Quel merdier...

Nous finissons par arriver dans Graskop, petite ville à l'américaine avec des grandes rues droites et larges, bordées de propriétés bien délimitées. Ce n'est pas ce soir que nous ferons du tourisme, nous allons poser le 4x4 dans le jardin d'une auberge et ça nous servira d'emplacement 5* pour passer la nuit.

1ère étape : on mange ! Et bim le poulet roti, il y ait passé en 10 minutes. Faisait faim... Il est au moins 21h, largement l'heure d'aller se coucher. Mission commando (et très technique) pour ouvrir la tente et, vu ce qu'il nous tombe sur la gueule, rentrer dedans sans tout détremper...

Nous optons pour la solution : Entrer dans la tente quasi à poil, histoire d'avoir le moins de fringues mouillées avec nous. Calcul plutôt habile jusqu'au moment où j'ouvre la tente, je mets un coup de tête dans la toile qui sert de "auvent" et habrite la "porte". Une cascade d'eau glacée me tombe dans le dos et finit dans ma petite raie. J'ai le caleçon trempé... BINGO !

Auré, qui rigole sous la pluie les miches à l'air, attend que j'aille m'installer et que je découvre que l'eau s'est infiltrée dans la tente. DU BONHEUR ! Le matelas est un peu mouillé, ce n'est pas la grosse inondation non plus, mais c'est pas le truc le plus agréable du moment quand même.

Rassurez-vous, ça ne nous empêchera pas de dormir, c'est même plutôt agréable d'avoir une nuit au frais.

Cascades et Marmites de Géants

Réveil sous les nuages mais qui, au fur et à mesure, ont plutôt l'air de se dissiper. C'est la moule du jour ! on va pouvoir découvrir la région sous le soleil ! Enfin, en tout cas, pas dans le brouillard...

L'objectif du jour : parcourir la région à travers les cascades et autres points d'intérêt naturels, pour atteindre, en remontant vers le Nord, le canyon de Blide River.

Blyde River Canyon
Aperçu des chutes d'eau qui bordent la routeAperçu des chutes d'eau qui bordent la route
Aperçu des chutes d'eau qui bordent la routeAperçu des chutes d'eau qui bordent la routeAperçu des chutes d'eau qui bordent la route
Aperçu des chutes d'eau qui bordent la routeAperçu des chutes d'eau qui bordent la route

Aperçu des chutes d'eau qui bordent la route

Blyde River CanyonBlyde River Canyon
Blyde River Canyon
Bourke's Luck Ptholes - Marmites de Géant creusées à la jonction des rivières Blyde et Treur
Bourke's Luck Ptholes - Marmites de Géant creusées à la jonction des rivières Blyde et TreurBourke's Luck Ptholes - Marmites de Géant creusées à la jonction des rivières Blyde et Treur
Bourke's Luck Ptholes - Marmites de Géant creusées à la jonction des rivières Blyde et Treur

Bourke's Luck Ptholes - Marmites de Géant creusées à la jonction des rivières Blyde et Treur

Ils conseillent d'y arriver tôt pour éviter les groupes de touristes...

Ils conseillent d'y arriver tôt pour éviter les groupes de touristes...

Blyde River Canyon
Blyde River Canyon
Blyde River CanyonBlyde River Canyon

Sortez des sentiers battus, suivez votre instinct... c'est là que le voyage commence!

Blyde River Canyon
C'est en tout cas là, que tu tombes sur un magnifique petit resto au bord d'une rivière. Totalement innatendu, mais super charmant.C'est en tout cas là, que tu tombes sur un magnifique petit resto au bord d'une rivière. Totalement innatendu, mais super charmant.
C'est en tout cas là, que tu tombes sur un magnifique petit resto au bord d'une rivière. Totalement innatendu, mais super charmant.
C'est en tout cas là, que tu tombes sur un magnifique petit resto au bord d'une rivière. Totalement innatendu, mais super charmant.C'est en tout cas là, que tu tombes sur un magnifique petit resto au bord d'une rivière. Totalement innatendu, mais super charmant.

C'est en tout cas là, que tu tombes sur un magnifique petit resto au bord d'une rivière. Totalement innatendu, mais super charmant.

Il est un peu trop tôt pour manger, le cuistot n'est même pas encore arrivé. On continue notre route, on reviendra !

Blyde River Canyon and its Three Rondavels

C'est apparement le troisième plus grand canyon du monde (c'est le Routard qui le dit). Je ne sais pas par rapport à quoi. Longueur ? Profondeur ? Dans le coeur des africains ? No lo sé... Mais une chose est sûre, c'est qu'ils arrivent toujours à être le plus grand que quelque chose.

Bienvenue en haut du canyon au fond duquel la rivière Blyde coule et qui à l'Est, au fond des photos, délimite une immense plaine, occupée en grande partie par le parc Kruger
Bienvenue en haut du canyon au fond duquel la rivière Blyde coule et qui à l'Est, au fond des photos, délimite une immense plaine, occupée en grande partie par le parc Kruger
Bienvenue en haut du canyon au fond duquel la rivière Blyde coule et qui à l'Est, au fond des photos, délimite une immense plaine, occupée en grande partie par le parc Kruger
Bienvenue en haut du canyon au fond duquel la rivière Blyde coule et qui à l'Est, au fond des photos, délimite une immense plaine, occupée en grande partie par le parc Kruger
Bienvenue en haut du canyon au fond duquel la rivière Blyde coule et qui à l'Est, au fond des photos, délimite une immense plaine, occupée en grande partie par le parc Kruger

Bienvenue en haut du canyon au fond duquel la rivière Blyde coule et qui à l'Est, au fond des photos, délimite une immense plaine, occupée en grande partie par le parc Kruger

Blyde River CanyonBlyde River CanyonBlyde River Canyon
Blyde River Canyon
Les fameuses 3 Rondavels - Les rondavels sont les petites maisons rondes, traditionnelles zouloues, couvertes d'un toit de chaume.

Les fameuses 3 Rondavels - Les rondavels sont les petites maisons rondes, traditionnelles zouloues, couvertes d'un toit de chaume.

C'est noooooooooous
C'est noooooooooousC'est noooooooooous
C'est noooooooooousC'est noooooooooous
C'est noooooooooousC'est noooooooooous

C'est noooooooooous

On a fini de faire nos touristes, il est temps d'aller manger et de retourner dans notre petit restaurant coup de coeur.

Blyde River CanyonBlyde River Canyon
Blyde River CanyonBlyde River Canyon
Blyde River CanyonBlyde River Canyon

Et qu'est ce qu'on va bien y manger ! Cuisine typique sud-africaine, tout est cuit au feu de bois. Délicious. Dommage qu'on ne puisse pas y revenir une autre fois...

Il est temps maintenant d'aller voir les gros chats, nous redescendons de nos montagnes et direction le park Kruger. Nous dormirons à proximité d'une des "gate" du parc afin d'être au taquet, à l'ouverture, à 5h du matin :)

Nos premiers safaris

3 Août 2016, 22:44pm

Publié par Jeje

Toujours basés à St Lucia, nous rayonnons dans les environs pour aller voir nos premiers Grands Animaux d'Afrique, parqués (des grands parcs hein) mais protégés dans d'immenses réserves nationales (ou privées).

Cape Vidal

A la sortie de St Lucia, le Cap Vidal et son immense plage sont accessibles par une petite route de 25km. En pleine découverte du coin, nous décidons de partir y faire un tour pour occuper la fin de l'après-midi. Aucune idée de ce qu'il nous attend à part... un cap ! (Que dis-je une péninsule ?)

Première étape : on doit remplir un papier, payer une petite taxe pour qu'un ranger lève la barrière qui barre la route... "Bon ok, encore une bonne excuse pour réclamer des tunes aux touristes !' Et en plus, nous devons être de retour avant 19h, sinon c'est la méga amende.

Nous voilà parti vers Cape Vidal, sur une route parfaitement bitumée, au milieu de nulle part, de la verdure à perte de vue.

En cours de route, un petit parking, au pied d'une cabane d'observation....

Une signalisation toujours aussi rassurante quand tu dois sortir de ta voiture !Une signalisation toujours aussi rassurante quand tu dois sortir de ta voiture !

Une signalisation toujours aussi rassurante quand tu dois sortir de ta voiture !

Pumbaaaaaa. Voilà les premières petites bêtes que nous voyons depuis le cabanon. Une maman phacochère et son petit.

Pumbaaaaaa. Voilà les premières petites bêtes que nous voyons depuis le cabanon. Une maman phacochère et son petit.

Nous continuons la route et nous tombons sur ce magnifique Kudu qui broutait tranquillement en bord de route

Nous continuons la route et nous tombons sur ce magnifique Kudu qui broutait tranquillement en bord de route

Pépère avait apparemment les bouliches qui grattent

Pépère avait apparemment les bouliches qui grattent

Un groupe de femelles et petits Kudu
Un groupe de femelles et petits KuduUn groupe de femelles et petits Kudu

Un groupe de femelles et petits Kudu

Nos premiers BIG FIVE : un troupeau de bufflesNos premiers BIG FIVE : un troupeau de buffles
Nos premiers BIG FIVE : un troupeau de buffles

Nos premiers BIG FIVE : un troupeau de buffles

Nos premiers safaris
L'immense plaine de l'Isimangaliso Wetland ParkL'immense plaine de l'Isimangaliso Wetland Park

L'immense plaine de l'Isimangaliso Wetland Park

Cette immense plaine, et sa faune sauvage, est bordée tout du long par l'océan indien
Cette immense plaine, et sa faune sauvage, est bordée tout du long par l'océan indienCette immense plaine, et sa faune sauvage, est bordée tout du long par l'océan indien

Cette immense plaine, et sa faune sauvage, est bordée tout du long par l'océan indien

Cape vidal ! Une immense plage, à perte de vue
Cape vidal ! Une immense plage, à perte de vueCape vidal ! Une immense plage, à perte de vue
Cape vidal ! Une immense plage, à perte de vue

Cape vidal ! Une immense plage, à perte de vue

Le soleil tombe, la nuit ne va pas tarder à arriver et il est strictement interdit de conduire de nuit dans les parcs nationaux. Cela serait trop dangereux pour les animaux et pour les hommes. La nuit, chacun chez soit !

Nous ne nous éternisons donc pas sur cette magnifique plage et nous reprenons la route qui nous ramène à St Lucia. Le problème, c'est qu'à la tombée de la nuit, les animaux sortent (il fait moins chaud) et on s'arrête tout le temps pour les observer. Un zoo grandeur nature et surtout, totalement inattendu pour nous.

Des zèbresDes zèbres
Des zèbres

Des zèbres

Une colonie de KuduUne colonie de Kudu

Une colonie de Kudu

Un Cob à croissant

Un Cob à croissant

Le soleil tombe sur l'Afrique...Le soleil tombe sur l'Afrique...

Le soleil tombe sur l'Afrique...

Il est vraiment temps d'aller faire son "check-out" du parc, sinon pépère à la barrière ne va pas être content !!

"HO REGARDE, DEVANT !" Et sur quoi on tombe, au bord de la route, à quelques dizaines de mètres de nous...

Une maman Rhino et son petit !! 2ème BIG FIVE
Une maman Rhino et son petit !! 2ème BIG FIVEUne maman Rhino et son petit !! 2ème BIG FIVEUne maman Rhino et son petit !! 2ème BIG FIVE

Une maman Rhino et son petit !! 2ème BIG FIVE

Allez, salut ! Il est vraiment temps de rentrer maintenant.

Allez, salut ! Il est vraiment temps de rentrer maintenant.

Hluhluwe-Umfolozi Reserve

A prononcer Chlouchlouwé en Zoulou. Il s'agit de la réserve où la concentration de rhinocéros (blancs et noirs) est la plus forte au monde, résultat d'une politique de réimplatation et de protection de l'animal ayant connue un fort succès. Une réserve, où encore une fois nous pourrons aller à la rencontre des grands mammifères d'Afrique en totale autonomie avec notre 4x4 et où nous aurons peut-être la chance de voir les fameux Big Five (Rhinos, éléphants, Léopards, lions et buffles).

Les animaux craignant la chaleur, il est beaucoup plus facile de les observer au petit matin ou au coucher du soleil. Réveil à 3h, on replie la tente, un brossage de dents et c'est parti pour une traversée du Kwazulu Natale en pleine nuit pour avaler les 70km qui vont nous mener au parc. Avant de découvrir les animaux dont vous attendez impatiemment les photos, nous découvrons que l'Afrique vit la nuit. A la différence de l'Asie qui ne dort jamais, l'Afrique dort... mais pas le nuit ! Comme les animaux, les hommes évitent les heures les plus chaudes de la journée pour travailler. Il commencent donc leur journée très très tôt. Nous doublons/croisons plein de piétons, de mobylettes, de vélos en pleine nuit noire, plus ou moins au milieu de la route et surtout sans le moindre éclairage ! Plutôt surprenant au début.

Nous finissons par arriver devant l'entrée du parc, la porte est fermée, il n'est pas encore 5h. Cool une seule voiture devant nous ! On sera les premiers à rentrer... Tu m'étonnes qu'il n'y ait personne ! Nous avons mal lu le guide et en cette période, les portes n'ouvrent qu'à 5h30... On aura au moins le temps de prendre un petit déj en attendant que ça ouvre.

Le soleil se lève...

Le soleil se lève...

Et plus nous attendons que la grille ouvre, plus les jeeps remplies de touristes, appareils photos autour du coup et chapeaux beiges sur la tête (oui oui on est bien dans le cliché) affluent... Ce n'est pas le chassé-croisé de l'été sur les autoroutes de France, mais heureusement que le parc est grand pour ne pas avoir à faire du cul à cul.

5h30 pétantes les portes ouvrent. Tout le monde se rue au centre d'accueil pour se déclarer, payer son droit d'entrée avant de pouvoir remonter dans la voiture et enfin partir découvrir ce que nous réserve cette réserve (gros jeu de mot).

C'est partiiiiiii

C'est partiiiiiii

Petit aperçu du décor, sec, nuages menaçants mais la pluie est toujours absente et l'Afrique du Sud subit une très dure sécheresse depuis 2 ansPetit aperçu du décor, sec, nuages menaçants mais la pluie est toujours absente et l'Afrique du Sud subit une très dure sécheresse depuis 2 ans
Petit aperçu du décor, sec, nuages menaçants mais la pluie est toujours absente et l'Afrique du Sud subit une très dure sécheresse depuis 2 ansPetit aperçu du décor, sec, nuages menaçants mais la pluie est toujours absente et l'Afrique du Sud subit une très dure sécheresse depuis 2 ans
Petit aperçu du décor, sec, nuages menaçants mais la pluie est toujours absente et l'Afrique du Sud subit une très dure sécheresse depuis 2 ansPetit aperçu du décor, sec, nuages menaçants mais la pluie est toujours absente et l'Afrique du Sud subit une très dure sécheresse depuis 2 ans

Petit aperçu du décor, sec, nuages menaçants mais la pluie est toujours absente et l'Afrique du Sud subit une très dure sécheresse depuis 2 ans

Les rivières asséchées sont occupées par des herbivores en quête d'herbe fraîche
Les rivières asséchées sont occupées par des herbivores en quête d'herbe fraîche

Les rivières asséchées sont occupées par des herbivores en quête d'herbe fraîche

Quelques restes osseux...Quelques restes osseux...

Quelques restes osseux...

Les vautours, qui vont bien avec les restes osseux !
Les vautours, qui vont bien avec les restes osseux !

Les vautours, qui vont bien avec les restes osseux !

C'est joyeux tout ça, hein ?

Mais la réalité est là, la réchauffement climatique génère une grande sécheresse en Afrique. L'Afrique du Sud n'a pas connu une saison des pluies digne de son nom depuis 2 ans. Les plaines s'assèchent, l'herbe verte se fait plus difficile à trouver et les grands herbivores crèvent la bouche ouverte ! Et c'est tout la chaîne alimentaire qui est touchée....

Mais d'un côté, c'est la vie, les changements climatiques ont toujours existés sur Terre, les espèces ont évoluées, se sont adaptés, ont muté ou ont disparu. Le gros problème ici, c'est malheureusement la vitesse à laquelle va le changement climatique...

Minute écolo terminée, nous n'avons pas vu que des vautours et des carcasses durant cette magnifique journée. Nous avons aussi vu plein d'animaux, en vie cette fois-ci. Malheureusement pas de félins, mais nous avons largement eu le temps de nous émerveiller jusqu'à la fermeture des portes à 18h.

Première rencontre : une colonie de babouinsPremière rencontre : une colonie de babouins
Première rencontre : une colonie de babouinsPremière rencontre : une colonie de babouins
Première rencontre : une colonie de babouinsPremière rencontre : une colonie de babouins
Première rencontre : une colonie de babouinsPremière rencontre : une colonie de babouins

Première rencontre : une colonie de babouins

Quelques oiseaux moins charognards que les vautours : un aigle et un calao qui apparemment aime les détritus humains...
Quelques oiseaux moins charognards que les vautours : un aigle et un calao qui apparemment aime les détritus humains...

Quelques oiseaux moins charognards que les vautours : un aigle et un calao qui apparemment aime les détritus humains...

Des gnous, petits et grandsDes gnous, petits et grands
Des gnous, petits et grands

Des gnous, petits et grands

Une famille de petits phacochères
Une famille de petits phacochèresUne famille de petits phacochères

Une famille de petits phacochères

Quelques zèbres
Quelques zèbresQuelques zèbres

Quelques zèbres

Nos première girafes ! Très curieuses, intrigués ou méfiantes quand nous arrêtons la voiture à proximité pour les observer
Nos première girafes ! Très curieuses, intrigués ou méfiantes quand nous arrêtons la voiture à proximité pour les observerNos première girafes ! Très curieuses, intrigués ou méfiantes quand nous arrêtons la voiture à proximité pour les observer
Nos première girafes ! Très curieuses, intrigués ou méfiantes quand nous arrêtons la voiture à proximité pour les observerNos première girafes ! Très curieuses, intrigués ou méfiantes quand nous arrêtons la voiture à proximité pour les observer
Nos première girafes ! Très curieuses, intrigués ou méfiantes quand nous arrêtons la voiture à proximité pour les observerNos première girafes ! Très curieuses, intrigués ou méfiantes quand nous arrêtons la voiture à proximité pour les observer

Nos première girafes ! Très curieuses, intrigués ou méfiantes quand nous arrêtons la voiture à proximité pour les observer

Trop grande Sophie la girafe ! Impossible de cadrer correctement la photo... Elle est pas bien loin mémère :)

Trop grande Sophie la girafe ! Impossible de cadrer correctement la photo... Elle est pas bien loin mémère :)

Les grands troupeaux de buffles
Les grands troupeaux de bufflesLes grands troupeaux de buffles

Les grands troupeaux de buffles

Au loin, nos premiers éléphants...

Au loin, nos premiers éléphants...

Les éléphants.... de beaucoup plus près ! Impressionnant à quel point ils sont imposants.
Les éléphants.... de beaucoup plus près ! Impressionnant à quel point ils sont imposants.Les éléphants.... de beaucoup plus près ! Impressionnant à quel point ils sont imposants.
Les éléphants.... de beaucoup plus près ! Impressionnant à quel point ils sont imposants.Les éléphants.... de beaucoup plus près ! Impressionnant à quel point ils sont imposants.
Les éléphants.... de beaucoup plus près ! Impressionnant à quel point ils sont imposants.Les éléphants.... de beaucoup plus près ! Impressionnant à quel point ils sont imposants.

Les éléphants.... de beaucoup plus près ! Impressionnant à quel point ils sont imposants.

Dumbooooooo

Dumbooooooo

Une branche d’acacia. Des épines effrayantes pour vous petit être humain sensible et douillet que vous êtes, mais qui ne font ni chaud ni froid aux gros pachydermes, qui les avalent sans se poser de question et qui les chient sans plus d'émotions... Je vous laisse imaginer si vous avalez un truc comme ça :) Par contre, il est vivement déconseillé de rouler dans les bouses d'éléphants au milieu de la route, ces épines sont tellement grosses qu'elles peuvent crever un pneu !

Une branche d’acacia. Des épines effrayantes pour vous petit être humain sensible et douillet que vous êtes, mais qui ne font ni chaud ni froid aux gros pachydermes, qui les avalent sans se poser de question et qui les chient sans plus d'émotions... Je vous laisse imaginer si vous avalez un truc comme ça :) Par contre, il est vivement déconseillé de rouler dans les bouses d'éléphants au milieu de la route, ces épines sont tellement grosses qu'elles peuvent crever un pneu !

Des impalas en veux-tu en voilà. Tout frêles, très craintifs, mais plutôt photogéniques.
Des impalas en veux-tu en voilà. Tout frêles, très craintifs, mais plutôt photogéniques.Des impalas en veux-tu en voilà. Tout frêles, très craintifs, mais plutôt photogéniques.
Des impalas en veux-tu en voilà. Tout frêles, très craintifs, mais plutôt photogéniques.Des impalas en veux-tu en voilà. Tout frêles, très craintifs, mais plutôt photogéniques.
Des impalas en veux-tu en voilà. Tout frêles, très craintifs, mais plutôt photogéniques.Des impalas en veux-tu en voilà. Tout frêles, très craintifs, mais plutôt photogéniques.Des impalas en veux-tu en voilà. Tout frêles, très craintifs, mais plutôt photogéniques.

Des impalas en veux-tu en voilà. Tout frêles, très craintifs, mais plutôt photogéniques.

Eux au moins, ils ne sont pas en voie de dispartition

Eux au moins, ils ne sont pas en voie de dispartition

Des nyalas (mâle et femelle)Des nyalas (mâle et femelle)

Des nyalas (mâle et femelle)

Les rhinos, présents en grande densité ici
Les rhinos, présents en grande densité iciLes rhinos, présents en grande densité ici
Les rhinos, présents en grande densité iciLes rhinos, présents en grande densité ici
Les rhinos, présents en grande densité iciLes rhinos, présents en grande densité ici

Les rhinos, présents en grande densité ici

Impressionnant quand ils traversent juste devant nous, qu'ils s'arrêtent, qu'ils nous regardent... Hooooou, non non non ! on ne fonce pas sur la voiture ! Ils ont finalement passé leur route sans excès d’agressivité. Ouf ! Parce que s'ils foncent... on ne peut rien faire du tout. On est chez eux.

Impressionnant quand ils traversent juste devant nous, qu'ils s'arrêtent, qu'ils nous regardent... Hooooou, non non non ! on ne fonce pas sur la voiture ! Ils ont finalement passé leur route sans excès d’agressivité. Ouf ! Parce que s'ils foncent... on ne peut rien faire du tout. On est chez eux.

Il est pas mignon lui ? Tout juste sorti du ventre de maman ! Selon les rangers, il aurait tout juste 2 semaines.Il est pas mignon lui ? Tout juste sorti du ventre de maman ! Selon les rangers, il aurait tout juste 2 semaines.
Il est pas mignon lui ? Tout juste sorti du ventre de maman ! Selon les rangers, il aurait tout juste 2 semaines.

Il est pas mignon lui ? Tout juste sorti du ventre de maman ! Selon les rangers, il aurait tout juste 2 semaines.

Qui est enfermé ? Nous arrivons sur une des bordures du parc, délimité par des fils électriques et des barbelés. Chacun chez soit... La meilleure cohabitation entre humains et animaux est malheureusement la séparation.

Qui est enfermé ? Nous arrivons sur une des bordures du parc, délimité par des fils électriques et des barbelés. Chacun chez soit... La meilleure cohabitation entre humains et animaux est malheureusement la séparation.

Voilà, c'est fini. Premières rencontres avec les grands animaux d'Afrique... Magnifique, fascinant ! Ils sont enfermés certes, mais dans de tellement grands espaces qu'on a vraiment l'impression qu'ils sont en totale liberté. On est chez eux et c'est à nous d'avoir peur s'ils s'approchent de trop près. Cette proximité est géniale, impressionnante parfois.

Mais le plus grand parc d'Afrique reste à venir (Kruger), nous prenons donc la direction du Nord pour notre dernière semaine.

Mais avant ça... Une petite collection de culs !

Nos premiers safaris
Nos premiers safaris
Nos premiers safaris
Nos premiers safaris
Nos premiers safaris

Entre hippos et crocos à St Lucia

9 Juillet 2016, 21:13pm

Publié par Jeje

Après avoir apprécié les magnifiques montagnes du Drakensberg, la somptuosité des paysages entremêlant verdure et falaises granitiques, il est temps de continuer l'exploration de ce pays si varié. Direction St Lucia, sur les rives de l'océan Indien. Nous nous approchons de la frontière du Mozambique et arrivons à l'entrée de l'Isimangaliso Wetland Park. Un parc national à cheval entre terre et mer, abritant les plus gros mammifères terrestres et marins.

St Lucia est un petit village, historiquement à 100% blanc et dont le tourisme a développé la mixité sociale (et oui, il faut bien des employés pour faire le ménage dans les hôtels ou entretenir les piscines...). Ce village a la particularité d'être situé à l'intérieur du parc national et les animaux sont ici... chez eux ! Vous allez bientôt comprendre de quoi je parle.

Et niveau climat, on oublie la fraîcheur des nuits du Drakensberg, nous sommes en pleine zone tropicale, 90% d'humidité, un soleil de plomb en pleine journée... On va vivre au ralenti pendant quelques jours, cette chaleur est épuisante... En même temps, on n'est pas là pour courir dans tous les sens, on est en vacances :)

Voilà, ça met dans l'ambiance! Voilà, ça met dans l'ambiance! Voilà, ça met dans l'ambiance!

Voilà, ça met dans l'ambiance!

On oubliera donc ici toute forme de baignade en dehors des piscines artificielles.

Les zones d'eau douce sont occupées par les crocodiles et les hippopotames, tandis que l'océan abrite des requins de plusieurs mètres de long.

Tout le monde imagine bien le danger lié à la présence des crocos et des requins, mais il faut savoir que l'hippopotame est le mammifère le plus mortel au monde car très craintif et très agressif dès qu'il se sent en danger. Et vu la taille de ses chicots...

En mode Crocodile Dundee pour affronter les grosses bêtes

En mode Crocodile Dundee pour affronter les grosses bêtes

Petite aperçu de la plage que nous découvrons en arrivant

Petite aperçu de la plage que nous découvrons en arrivant

Zépo au camping !

Zépo au camping !

Le temps s'étant dégradé, nous avons migré faire un hébergement plus confortable. Backpack offrant la possibilité de dormir dans des tentes en toile, couvertes par une immense toile. Et toutes les commodité à disposition. Plutôt agréable pour quasiment aucune différence de prix. On recommande fortement cet endroit. Il s'agit du Monzi Safari Backpacker.

Le temps s'étant dégradé, nous avons migré faire un hébergement plus confortable. Backpack offrant la possibilité de dormir dans des tentes en toile, couvertes par une immense toile. Et toutes les commodité à disposition. Plutôt agréable pour quasiment aucune différence de prix. On recommande fortement cet endroit. Il s'agit du Monzi Safari Backpacker.

Que les choses sérieuses commencent

Nos premières nuits se déroulent donc au camping du KZN, en plein nature, à l'extérieur de la ville. Très agréable quand le temps est clément, un peu moins lorsqu'il se met à pleuvoir.

En bordure d'estuaire, il nous est conseillé de rester très vigilants à la tombée de la nuit car les hippos sortent. Et oui, les gros pépères doivent ingurgiter leur dose de verdure quotidienne, soit... 90kg ! Pourquoi ils ne font pas ça de jour ? parce qu'ils prennent des coups de soleil ces couillons... Ils ont une peau très sensible aux UVs. Ils évitent donc au maximum de s'exposer aux rayons du soleil. Pas très pratique en Afrique, mais heureusement, la nuit tombe rapidement à ces latitudes là.

Le fleuve qui est la frontière naturelle sud du parc national dans lequel nous nous trouvons

Le fleuve qui est la frontière naturelle sud du parc national dans lequel nous nous trouvons

L'estuaire occupé par une colonie d'hippos
L'estuaire occupé par une colonie d'hipposL'estuaire occupé par une colonie d'hippos

L'estuaire occupé par une colonie d'hippos

Les flamants roses

Les flamants roses

Estuaire qui est également le refuge de charmants petits (ou gros) crocodiles...

Estuaire qui est également le refuge de charmants petits (ou gros) crocodiles...

Les belles couleurs de l'AfriqueLes belles couleurs de l'Afrique

Les belles couleurs de l'Afrique

Il faut être vigilant la nuit... mais bon, on ne va pas non plus rester dans notre tente de 2m² à partir de 18h.

C'est parti pour une session exploration après le barbeuc du soir, à la recherche des hippos qui, il parait, occupent les rues de la ville à la nuit tombée...

Et au détour d'un parking innocupé, les phares du 4x4 tombent sur 2 grosses boules de gras en train de brouter sereinement. La nuit ne fait que commencer pour eux.
Et au détour d'un parking innocupé, les phares du 4x4 tombent sur 2 grosses boules de gras en train de brouter sereinement. La nuit ne fait que commencer pour eux.Et au détour d'un parking innocupé, les phares du 4x4 tombent sur 2 grosses boules de gras en train de brouter sereinement. La nuit ne fait que commencer pour eux.

Et au détour d'un parking innocupé, les phares du 4x4 tombent sur 2 grosses boules de gras en train de brouter sereinement. La nuit ne fait que commencer pour eux.

Direction le "centre-ville" et... encore un copain !

Direction le "centre-ville" et... encore un copain !

Et oui, en pleine ville, c'est les hippos qui tondent les pelouses ! Ce n'est pas une légende, ils sont bien là. Et ça crée quelques bouchons...

Et oui, en pleine ville, c'est les hippos qui tondent les pelouses ! Ce n'est pas une légende, ils sont bien là. Et ça crée quelques bouchons...

C'est l'attraction du soir ici (à défaut d'avoir des boites de nuit). Il parait que le matin, on en retrouve même quelques fois dans les piscines des hôtels. Ils sont chez eux !

En tout cas, il n'y a pas un brin d'herbe plus haut qu'un autre ici, c'est du travail d’orfèvre.

On comprend mieux pourquoi les locaux conseillent de se déplacer en voiture le soir, même pour faire 200 mètres.

Après les hippos, les crocos

Voir les hippos de près, c'est chose faite. Nous nous attaquons maintenant aux autres occupants des lieux, les crocodiles ! Plus discrets que les hippos, moins agressifs aussi, ils n'en restent pas moins intéressés par vos petits mollets fort bien goutteux si vous leurs présentez délicatement.

Et pour s'approcher au plus près des crocos, quoi de mieux que d'aller sur l'eau ? Mais comme on est des gudeins, on ne va pas y aller avec un gros bateau qui remonte le fleuve, on va prendre une petite pagaie, un joli Kayak, on va mettre les pieds dans la boue et on va partir à l'aube chercher les derniers représentants des dinosaures.

Petit aperçu de notre virée matinalePetit aperçu de notre virée matinale
Petit aperçu de notre virée matinalePetit aperçu de notre virée matinale
Petit aperçu de notre virée matinalePetit aperçu de notre virée matinale

Petit aperçu de notre virée matinale

Toujours vivants !

Toujours vivants !

Vol de flamants

Vol de flamants

Pas possible de prendre en photo les têtes légèrement émergées que nous apercevrons. Ils ne se laissent pas approcher et plongent dans cette eau saumatre dégueulasse dès que nous approchons. Mais rassurez-vous ils ne sont pas bien loin, sait-on jamais... si nous venions à chavirer !

Nous aurons aussi la chance (et la montée d'adrénaline) de voir un aileron de requin passer à fond la caisse autour de nous dans une course poursuite avec un poisson. Légèrement déstabilisant...

Nous faisons la connaissance de Yohan, notre guide. C'est un pur produit local, passionné par la faune sud-africaine, qui nous explique qu'il préfère le bush aux gens. Et en général, qui dit passionné, dit passionnant. Génial ce type.

Il nous conseille de venir faire un tour à la ferme aux crocodiles où il bosse en tant que bénévole quand il n'accompagne pas des touristes en kayak.

Nous y allons donc, et vu le peu d'affluence, nous aurons droit à une visite guidée privée avec lui, avec toutes les anecdotes qui vont avec.

Cette ferme n'est pas du tout un zoo, c'est un "centre de réhabilitation" pour animaux blessés et/ou braconnés.

Entre hippos et crocos à St LuciaEntre hippos et crocos à St Lucia
Voilà ce qu'on appelle des belles bêtes. Il ne vaut mieux pas avoir l'idée de passer le grillage

Voilà ce qu'on appelle des belles bêtes. Il ne vaut mieux pas avoir l'idée de passer le grillage

Hum les belles ratounes Hum les belles ratounes
Hum les belles ratounes Hum les belles ratounes

Hum les belles ratounes

Un alligator américain donné au centre

Un alligator américain donné au centre

En Amazonie, ils ne mettaient pas d'élastique autour de la gueule pour qu'on le prenne dans les mains
En Amazonie, ils ne mettaient pas d'élastique autour de la gueule pour qu'on le prenne dans les mains
En Amazonie, ils ne mettaient pas d'élastique autour de la gueule pour qu'on le prenne dans les mains

En Amazonie, ils ne mettaient pas d'élastique autour de la gueule pour qu'on le prenne dans les mains

Un oeil à la Jurrasik Park

Un oeil à la Jurrasik Park

Et on a même eu le droit d'entrer dans la nurserie et la chance de voir un oeuf éclore !

Et on a même eu le droit d'entrer dans la nurserie et la chance de voir un oeuf éclore !

Et clac ! A plus la tête...

Et clac ! A plus la tête...

Et pleins d'autres animaux bien plus mignons et bien moins dangereux

Qui dit parc national dit faune sauvage. Alors, entendons-nous : Sauvage veut dire en liberté. Mais ils sont bien habitués à la présence humaine, ce qui nous permet de les approcher pour notre plus grand bonheur.

Durant notre séjour à St Lucia, nous aurons l'occasion de visiter 2 wildlife reserves pour observer au plus près les grands animaux d'Afrique. Mais en attendant ça (articles à venir), nous aurons déjà un aperçu de tout ce qui peut vivre ici.

Des Dikdik nous semble-t-il. Un mini bamby en gros
Des Dikdik nous semble-t-il. Un mini bamby en grosDes Dikdik nous semble-t-il. Un mini bamby en gros

Des Dikdik nous semble-t-il. Un mini bamby en gros

Un plus gros bamby

Un plus gros bamby

Un Waterbuck, en français Cob à croissant

Un Waterbuck, en français Cob à croissant

Puuuuumba le phacochère

Puuuuumba le phacochère

Après Pumba, Timon et les mangoustes.Après Pumba, Timon et les mangoustes.
Après Pumba, Timon et les mangoustes.Après Pumba, Timon et les mangoustes.

Après Pumba, Timon et les mangoustes.

De grands (et petits) oiseauxDe grands (et petits) oiseaux
De grands (et petits) oiseauxDe grands (et petits) oiseaux

De grands (et petits) oiseaux

Un glouglou

Un glouglou

Un gros pigeon, avec un peu plus de gueule que ceux qui roucoulent sur nos trottoirs !

Un gros pigeon, avec un peu plus de gueule que ceux qui roucoulent sur nos trottoirs !

Moins mignon ça...

Moins mignon ça...

Eux ils sont trop mignons ! Mais ils ont une petite particularité...Eux ils sont trop mignons ! Mais ils ont une petite particularité...
Eux ils sont trop mignons ! Mais ils ont une petite particularité...Eux ils sont trop mignons ! Mais ils ont une petite particularité...
Eux ils sont trop mignons ! Mais ils ont une petite particularité...Eux ils sont trop mignons ! Mais ils ont une petite particularité...
Eux ils sont trop mignons ! Mais ils ont une petite particularité...Eux ils sont trop mignons ! Mais ils ont une petite particularité...

Eux ils sont trop mignons ! Mais ils ont une petite particularité...

Ils ont les couilles bleus !! Et aucune retouche sur les photos, ces couilles sont flashy au naturel
Ils ont les couilles bleus !! Et aucune retouche sur les photos, ces couilles sont flashy au naturel

Ils ont les couilles bleus !! Et aucune retouche sur les photos, ces couilles sont flashy au naturel

Notre séjour à Santa Lucia a été un peu "terni" par l'arrivée de la pluie, que tous les locaux attendaient depuis très longtemps. Il n'y a apparemment pas eu de véritable saison des pluies depuis près de 2 ans... Mais bon, nous, on est là pour 4 jours, et on s'en serait bien passé.

Toujours est-il que le temps se lève à la fin de notre dernière journée et nous pouvons enfin profiter de l'immense plage qui borde la ville.

La beauté, la pureté, l'immensité... de l'océan
La beauté, la pureté, l'immensité... de l'océanLa beauté, la pureté, l'immensité... de l'océan
La beauté, la pureté, l'immensité... de l'océan

La beauté, la pureté, l'immensité... de l'océan

Les pécheurs locaux

Les pécheurs locaux

Un artiste qui faisait de superbes sculptures sur sable

Un artiste qui faisait de superbes sculptures sur sable

Salut Public ! Même pas peur des requins...

Salut Public ! Même pas peur des requins...

Pwaaaaa, me suis fait retourner ! Violent cet océan. Il a fallut que je trie les photos, ça aurait pu choquer, mais la prochaine fois, j'irai avec un caleçon qu'on peut serrer à la ceinture...
Pwaaaaa, me suis fait retourner ! Violent cet océan. Il a fallut que je trie les photos, ça aurait pu choquer, mais la prochaine fois, j'irai avec un caleçon qu'on peut serrer à la ceinture...Pwaaaaa, me suis fait retourner ! Violent cet océan. Il a fallut que je trie les photos, ça aurait pu choquer, mais la prochaine fois, j'irai avec un caleçon qu'on peut serrer à la ceinture...

Pwaaaaa, me suis fait retourner ! Violent cet océan. Il a fallut que je trie les photos, ça aurait pu choquer, mais la prochaine fois, j'irai avec un caleçon qu'on peut serrer à la ceinture...

Un petit plouf et puis s'en va ! Il est temps de continuer notre route vers les montagnes du Nord et le parc Kruger. Le temps passe, et l'heure du retour se rapproche...

Mais en attendant nos aventures de la fin du voyage, les photos des réserves de Cape Vidal et Hluhluwe-Imfolozi arrivent dans les prochains articles.

Le Drakensberg

7 Mai 2016, 16:11pm

Publié par Jeje

Changement de climat

Après notre séjour en plein été au Cap, direction le Nord Est. Nous prenons l'avion à destination de Durban, 3ème ville du pays, en plein milieu de la côte sud-africaine, bordée par l'océan indien.

Durban ne sera qu'un point d'arrêt, une sorte d'arrêt aux stands pour commencer notre vrai road-trip sud-africain ! C'est là que l'aventure commence, que nous récupérons notre gros 4x4 qui nous servira de moyen de locomotion, de chambre d'hôtel et de cantine.

Nous passons donc une nuit à proximité de l'aéroport (à 30km de Durban), dans une petite guest house située en pleine résidence "blanche". Durban est réputée dangereuse, et nous sentons ici que le clivage blancs/noirs est très présent. Quand on dit blancs, je pense surtout aux riches sud-africains qui viennent séjourner dans leurs résidences en bord de mer. La zone est également très touristique. Et ce n'est pas les femmes de ménage ou les chauffeurs de bus (les noirs donc) qui ont les moyens de profiter de tout ça...

Ici, changement radical de climat aussi. Nous laissons le climat méditerranéen du Cap et nous arrivons dans une région au taux d'humidité avoisinant les 90%, la canne à sucre occupe la moindre parcelle cultivable et les orages sont quasiment quotidiens en fin de journée...

Nous ne resterons ni dans la "ville", ni dans cette moiteur, nous récupérons la voiture le lendemain matin et direction les montagnes du Drakensberg, à 3 heures de route.

Avec notre mascotte dans l'avion ! (Cadeau d'Emirates, normalement distribué aux enfants...)

Avec notre mascotte dans l'avion ! (Cadeau d'Emirates, normalement distribué aux enfants...)

Indian Ocean ! La température de l'eau se fait bien plus agréable qu'au Cap, mais la violence de l'océan ne le rend que peu accueillant
Indian Ocean ! La température de l'eau se fait bien plus agréable qu'au Cap, mais la violence de l'océan ne le rend que peu accueillantIndian Ocean ! La température de l'eau se fait bien plus agréable qu'au Cap, mais la violence de l'océan ne le rend que peu accueillant

Indian Ocean ! La température de l'eau se fait bien plus agréable qu'au Cap, mais la violence de l'océan ne le rend que peu accueillant

Le Drakensberg
Mobilier de plage et de jardin local. Vive la récup ! Très confortable au passage :)

Mobilier de plage et de jardin local. Vive la récup ! Très confortable au passage :)

Et voilà la bête ! Avec la tente sur le toit et le frigo dans le coffre
Et voilà la bête ! Avec la tente sur le toit et le frigo dans le coffreEt voilà la bête ! Avec la tente sur le toit et le frigo dans le coffre

Et voilà la bête ! Avec la tente sur le toit et le frigo dans le coffre

Le Drakensberg, frontière du royaume dans les nuages

Le Drakensberg est un massif montagneux servant de frontière naturelle entre l'Afrique du Sud et l'Est du Lesotho sur près de 400km. Considéré comme les Alpes africaines, le Drakensberg Sud n'ouvre qu'un seul accès au Lesotho sur près de 200km, au milieu de ses nombreux sommets dépassants les 3000 mètres. Le col de Sani (Sani Pass) n'est accessible qu'au terme d'une bonne session de pilotage tout terrain.

Nous séjournerons 3 jours à Underberg, "capitale" locale qui nous permettra de rayonner dans les environs et d'explorer un minuscule bout de cette région magnifique.

Une région ultra verdoyante (il pleut tous les jours au moins une bonne heure, les influences tropicales et le froid des montagnes ne faisant pas très bon ménage), des paysages à couper le souffle, une population sans clivage (pas de blancs dans les campagnes) dans cette région du Kwazulu Natal, considérée comme la plus sûre du pays, une fois sortie des grandes villes (Durban par exemple). C'est d'ici que les Zoulous sont originaires.

Quand je vous dis que c'est comme les Alpes... les vaches ici aussi sont au milieu de la route

Quand je vous dis que c'est comme les Alpes... les vaches ici aussi sont au milieu de la route

Et il n'y a pas que des vaches, voici un babouin, dont une colonie séjournait aux abords de l'hôtel. "Baboon, Baboon !"

Et il n'y a pas que des vaches, voici un babouin, dont une colonie séjournait aux abords de l'hôtel. "Baboon, Baboon !"

Voici le cadre dans lequel se trouvait notre hôtel... on est au milieu de nulle part :)

Voici le cadre dans lequel se trouvait notre hôtel... on est au milieu de nulle part :)

La colonie de babouins qui défilait devant l'hôtel et dont il fallait vraiment se méfier ! Ils traînent partout et n'en loupent pas une quand il s'agit de piquer un truc (surtout de la bouffe). La règle d'or étant de tout barricader. A croire qu'il y a toujours des problèmes d'insécurité dans ce pays.
La colonie de babouins qui défilait devant l'hôtel et dont il fallait vraiment se méfier ! Ils traînent partout et n'en loupent pas une quand il s'agit de piquer un truc (surtout de la bouffe). La règle d'or étant de tout barricader. A croire qu'il y a toujours des problèmes d'insécurité dans ce pays.La colonie de babouins qui défilait devant l'hôtel et dont il fallait vraiment se méfier ! Ils traînent partout et n'en loupent pas une quand il s'agit de piquer un truc (surtout de la bouffe). La règle d'or étant de tout barricader. A croire qu'il y a toujours des problèmes d'insécurité dans ce pays.
La colonie de babouins qui défilait devant l'hôtel et dont il fallait vraiment se méfier ! Ils traînent partout et n'en loupent pas une quand il s'agit de piquer un truc (surtout de la bouffe). La règle d'or étant de tout barricader. A croire qu'il y a toujours des problèmes d'insécurité dans ce pays.La colonie de babouins qui défilait devant l'hôtel et dont il fallait vraiment se méfier ! Ils traînent partout et n'en loupent pas une quand il s'agit de piquer un truc (surtout de la bouffe). La règle d'or étant de tout barricader. A croire qu'il y a toujours des problèmes d'insécurité dans ce pays.

La colonie de babouins qui défilait devant l'hôtel et dont il fallait vraiment se méfier ! Ils traînent partout et n'en loupent pas une quand il s'agit de piquer un truc (surtout de la bouffe). La règle d'or étant de tout barricader. A croire qu'il y a toujours des problèmes d'insécurité dans ce pays.

Un petit mot sur notre hôtel qui change des auberges très chères du Cap. Ici, on dort dans la tente sur le toit de la voiture. Dans les campagnes, les campings sont souvent couplés aux auberges (bungalows et dortoirs), avec à disposition tous les sanitaires, cuisines et pièces communes. Ce qui est plutôt pratique. Et pas besoin de réserver avec notre maison ambulante, on peut enfin re-voyager à l'arrache sans rien prévoir !!!

Et dans tous les campings, il y a des barbeucs ! Une vraie religion ici. Une religion qui se pratique accompagnée de bière ou de vin, sans violence et sans jugement sur la façon qu'à de pratiquer son voisin !

Et dans tous les campings, il y a des barbeucs ! Une vraie religion ici. Une religion qui se pratique accompagnée de bière ou de vin, sans violence et sans jugement sur la façon qu'à de pratiquer son voisin !

Petit aperçu des paysages de la régionPetit aperçu des paysages de la région
Petit aperçu des paysages de la région
Petit aperçu des paysages de la régionPetit aperçu des paysages de la région

Petit aperçu des paysages de la région

A vous de choisir, s'agit-il d'un renard ou d'un chacal ? les 2 sont présents dans la région et la différence est peu évidente... En tout cas, il a l'air tout doux pépère.A vous de choisir, s'agit-il d'un renard ou d'un chacal ? les 2 sont présents dans la région et la différence est peu évidente... En tout cas, il a l'air tout doux pépère.

A vous de choisir, s'agit-il d'un renard ou d'un chacal ? les 2 sont présents dans la région et la différence est peu évidente... En tout cas, il a l'air tout doux pépère.

Sani Pass

C'est apparemment le plus beau truc du coin, 3 petits bonhommes dans le guide du routard, des excursions disponibles dans tous les hôtels / agences à touristes... Allez on y va ! Mais par nous même ! On n'est pas là pour rigoler, il faut un 4x4, ou 2 heures à pieds pour arriver en haut, à 2873m d'altitude.

Le Drakensberg
En route vers les nuages, le col et le Lesotho...En route vers les nuages, le col et le Lesotho...En route vers les nuages, le col et le Lesotho...
En route vers les nuages, le col et le Lesotho...

En route vers les nuages, le col et le Lesotho...

Contrôle frontière pour sortir de l'Afrique du Sud, au pied du col

Contrôle frontière pour sortir de l'Afrique du Sud, au pied du col

Paré au pilotage ! Mode 4 roues motrices et rapports courts obligatoires sur la fin de l'ascensionParé au pilotage ! Mode 4 roues motrices et rapports courts obligatoires sur la fin de l'ascensionParé au pilotage ! Mode 4 roues motrices et rapports courts obligatoires sur la fin de l'ascension
Paré au pilotage ! Mode 4 roues motrices et rapports courts obligatoires sur la fin de l'ascension

Paré au pilotage ! Mode 4 roues motrices et rapports courts obligatoires sur la fin de l'ascension

C'est tout la haut qu'on va

C'est tout la haut qu'on va

Et au fil de la montée, quand on se retourne...Et au fil de la montée, quand on se retourne...
Et au fil de la montée, quand on se retourne...

Et au fil de la montée, quand on se retourne...

Nous y voilà

Nous y voilà

Le magnifique poste frontière du Lesotho ! Un pays où nous devrons entrer et faire tamponner le passeport, le seul parking étant de l'autre côté de la frontièreLe magnifique poste frontière du Lesotho ! Un pays où nous devrons entrer et faire tamponner le passeport, le seul parking étant de l'autre côté de la frontière

Le magnifique poste frontière du Lesotho ! Un pays où nous devrons entrer et faire tamponner le passeport, le seul parking étant de l'autre côté de la frontière

Un petit mot sur le Lesotho :

Le Lesotho, qui en swahili signifie "Royaume dans les nuages", est un petit pays de 2 millions d'habitants, d'une superficie similaire à celle de la Belgique et dont l'authenticité n'a rien à voir avec l'Afrique du Sud, "blanche" et moderne. Nous arrivons ici en Afrique comme nous "l'imaginons". L'ensemble du territoire culmine à plus de 1400m et 80% se situe au delà des 1800m.

Nous n'aurons malheureusement pas la possibilité (et surtout le temps) de faire plus qu'un simple stop photos, mais ce pays à l'air tellement dépaysant, simple, accueillant, naturel... dommage !

ça se passe d'explication

ça se passe d'explication

Pas forcement le type de déco que l'on s'attend à trouver en Afrique. Nous sommes en fin d'été, donc pas de risque de neige, mais la température est tout de même bien frisquette à cette altitude.

Pas forcement le type de déco que l'on s'attend à trouver en Afrique. Nous sommes en fin d'été, donc pas de risque de neige, mais la température est tout de même bien frisquette à cette altitude.

En tout cas, ils ont de l'humour ici !

En tout cas, ils ont de l'humour ici !

Arrivé au col, un immense plateau s'offre à nousArrivé au col, un immense plateau s'offre à nous

Arrivé au col, un immense plateau s'offre à nous

Le pub/hôtel au sommet, dans un style traditionnel

Le pub/hôtel au sommet, dans un style traditionnel

ça change des surfeurs blonds des plages du Cap !
ça change des surfeurs blonds des plages du Cap !
ça change des surfeurs blonds des plages du Cap !

ça change des surfeurs blonds des plages du Cap !

Royaume dans les nuages, mais royaume des moutons aussiRoyaume dans les nuages, mais royaume des moutons aussi
Royaume dans les nuages, mais royaume des moutons aussi
Royaume dans les nuages, mais royaume des moutons aussiRoyaume dans les nuages, mais royaume des moutons aussi

Royaume dans les nuages, mais royaume des moutons aussi

La vue sur toute la vallée et la piste sinueuse qui nous a permis d'arriver là
La vue sur toute la vallée et la piste sinueuse qui nous a permis d'arriver làLa vue sur toute la vallée et la piste sinueuse qui nous a permis d'arriver làLa vue sur toute la vallée et la piste sinueuse qui nous a permis d'arriver là

La vue sur toute la vallée et la piste sinueuse qui nous a permis d'arriver là

Le Drakensberg
Le Drakensberg

Busman's Nek

Notre dernière petite virée dans le Drakensberg se fera dans cette réserve protégée dont nous ne savions pas grand chose, à part qu'on peut s'y balader et qu'on n'a pas 50 km à faire pour y aller. Découverte en vue... et on ne sera pas déçu !

On ne va croiser personne de toute la journée, on va être en plein cagnard, la rivière fraîche nous permettra d'éviter le coup de chaud, on va partir en hors piste pour essayer de trouver un semblant d'ombre et on chantera que le lion est mort ce soir, avant de rentrer au pas de course car l'orage va éclater... Bref, une journée gros délire au milieu de nulle part, comme on aime, nous et la nature !

Le Drakensberg
Le Drakensberg
Le Drakensberg
Les grands espaces verdoyantsLes grands espaces verdoyants
Les grands espaces verdoyantsLes grands espaces verdoyants

Les grands espaces verdoyants

Les petites bébêtes (des élans du Cap)Les petites bébêtes (des élans du Cap)
Les petites bébêtes (des élans du Cap)Les petites bébêtes (des élans du Cap)

Les petites bébêtes (des élans du Cap)

La fameuse petite rivière, dont la fraicheur était fort agréable sous ce soleil de plomb et l'absence de ventLa fameuse petite rivière, dont la fraicheur était fort agréable sous ce soleil de plomb et l'absence de ventLa fameuse petite rivière, dont la fraicheur était fort agréable sous ce soleil de plomb et l'absence de vent
La fameuse petite rivière, dont la fraicheur était fort agréable sous ce soleil de plomb et l'absence de ventLa fameuse petite rivière, dont la fraicheur était fort agréable sous ce soleil de plomb et l'absence de ventLa fameuse petite rivière, dont la fraicheur était fort agréable sous ce soleil de plomb et l'absence de vent

La fameuse petite rivière, dont la fraicheur était fort agréable sous ce soleil de plomb et l'absence de vent

Un très beau criquet

Un très beau criquet

Le beau criquet sauvé de la noyade

Le beau criquet sauvé de la noyade

De l'ombre !!! Là-bas, au pied de la cascadeDe l'ombre !!! Là-bas, au pied de la cascade

De l'ombre !!! Là-bas, au pied de la cascade

Et ça sera pic-nic sous les embruns de la cascade

Et ça sera pic-nic sous les embruns de la cascade

Le DrakensbergLe DrakensbergLe Drakensberg
Le DrakensbergLe Drakensberg
Le DrakensbergLe Drakensberg
Le Drakensberg
Et là... ça commence à noircir sévère ! On a une bonne heure de marche pour rentrer à la voiture, ça commence à péter dans tous les sens....

Et là... ça commence à noircir sévère ! On a une bonne heure de marche pour rentrer à la voiture, ça commence à péter dans tous les sens....

Et nous arriverons à temps à la voiture, juste avant ça ne pète au dessus de nous. Par contre, c'est sous la pluie que notre aventure dans la Drakensberg va se terminer et nous goutterons aux joies de l'installation de la tente sous la pluie... Nous constaterons que celle-ci est plutôt étanche mais peu isolante, niveau sonore.

C'est déjà fini pour cette sublime région dans laquelle nous aurions facilement pu passer une semaine ou 10 jours, mais nous retournons sur les rives de l'océan, direction St Lucia.